François-René Rideau (fare) wrote,
François-René Rideau
fare

  • Music:

Quid est veritas?

Comment savoir que la terre est ronde? Il suffit de regarder l'horizon maritime. Si la terre était plate, on pourrait voir à l'infini. Si la terre était concave, il n'y aurait pas de ciel. Mais il y a un horizon, donc la terre est ronde. Quel est le rayon de la terre? On peut le mesurer soi-même comme le fit Érathostène, ou comme le firent ceux qui les premiers mesurèrent le mètre. Mais de telles mesures sont coûteuses; il n'est pas question de tout vérifier à chaque fois à partir de rien -- "rien" qui d'ailleurs se révèle vite un tout extrêmement sophistiqué. Aussi, à défaut de pouvoir "tout" vérifier soi-même, quel crédit accorder aux vérifications effectuées par d'autres des affirmations des uns?

Pour la mesure du rayon de la terre, on peut être raisonnablement certain des mesures disponibles, parce que de nombreuses personnes dépendent aujourd'hui de la précision de ces mesures: localisation par satellite, etc. Est-ce cela ne fait que repousser le problème? Non, cela assigne le problème. Certaines personnes misent leur avenir sur le fait que certaines choses soient vraies, et prennent sur elles au cas où l'erreur vous frapperait. Ces personnes sont-elles fiables? À vous de juger. Mais si, à la base, c'est bien la vérité ou la fausseté objective de la proposition qui a pour conséquence une sanction positive ou négative, et non pas par exemple la seule croyance subjective en cette vérité, alors la responsibalité endossée par ceux qui avancent cette proposition a une valeur que vous pouvez prendre en compte. Ainsi les marchands de machines à laver électriques offrent une meilleure garantie de la pertinence des lois de l'électromagnétisme que l'autorité de tous les savants les plus réputés réunis.

Bien sûr, déléguer ne dispense d'avoir des critères objectifs de test. Après tout, il faut bien choisir à qui déléguer quoi, et pouvoir établir une conviction que c'est là un choix pertinent. Et tous les raisonnements inductifs du monde ne pourront rien vous apporter sans données à partir desquels induire. Alors, comment tester assez d'affirmations de base pour construire la confiance en certaines personnes plutôt que d'autres? Par un protocole probabiliste à base de tests aléatoires. Posez des questions précises sur un aspect au hasard du système proposé -- et faites que ce hasard accorde une probabilité plus forte (mais pas exclusive) aux aspects dénoncés par ceux qui apparaissent rejeter ce système de croyance. Vérifiez ces quelques énoncés jusqu'à atteindre un bon degré de certitude. Si vous trouvez que des énoncés sont vérifiablement faux, ou qu'il n'y a que des énoncés invérifiables, rejetez d'un bloc le système et cherchez-en un autre.

En complément, consultez tout d'abord, Trouver la vérité sur Internet par Michaël Mithra pour une démarche de découverte.

PS: un ami meilleur que moi en physique me signale qu'avec une variation de l'indice de réfraction de l'atmosphère, on peut obtenir un horizon avec une terre plate. Dont acte. Dans une approche théorie des jeux de l'épistémologie, un tel défi devra donc mener à de nouvelles vérifications (qui peuvent être déléguées) portant sur les variations de pression atmosphérique. Bien sûr il est toujours possible de compliquer davantage un raisonnement, en rajoutant de nouveaux paramètres qui, s'ils ont la bonne valeur, deviennent pertinents. Là encore, l'induction est nécessaire pour garder un raisonnement et ses conclusions aussi simples que possible, -- à accepter les paramétrisations d'autrui, on risque le parasitage mémétique, ainsi que je l'explique dans la section 5 de mon essai L'État, règne de la magie noire.

Tags: dynamism, epistemology, fr, induction
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic

    Your reply will be screened

    Your IP address will be recorded 

  • 1 comment