François-René Rideau (fare) wrote,
François-René Rideau
fare

  • Music:

Dialogue avec Raymond (1) - Agir seul?

Sollicité par Arthur Wneir pour écrire dans l'édition papier de Choc-Info, je soumettais d'abord deux dialogues que j'avais eu avec Raymond. Mais comme ces dialogues sont trop long pour rentrer dans l'espace alloué (2800 caractères au lieu de 1600), ils attérissent en lieu et place sur mon blogue. Voici le premier.

L'autre jour, je discutais avec Raymond, attablé autour d'un apéro.

« - Dis-moi, Raymond, qu'est-ce que ça fait de lutter seul contre le mal?

« - Seul, moi? Pas plus que n'importe qui! En fait, je suis plutôt bien entouré dans mon travail. » Ajouta-t-il en jetant un regard joyeux sur la rédactrice du bureau voisin, qui lui rendit son large sourire.

« - Bon, admettons. Mais qu'est-ce qu'une poignée d'amis face à la déferlante des collectivistes qui se massent en troupeau pour adorer le dieu Baal?

« - Tu sais, s'ils ont besoin de se masser en troupeau, c'est qu'ils se sentent bien seuls d'habitude.

« - C'est sûr que dans l'enfer bureaucratique, ils doivent se sentir seuls dès qu'il s'agit de faire avancer les choses.

« - Ben oui, pour faire quelque chose, chaque décision prise ne peut être prise par un individu, dans la solitude de sa conscience. C'est pourquoi une poignée d'hommes décidés valent qu'un troupeau nombreux et décervelé.

« - Alors, le troupeau est inoffensif?

« - Oh, le troupeau, il ne fait rien, il ne prend aucune décision, il se laisse mener... à l'abattoir.

« - Ces masses bêlantes et vociférantes sont donc les premières victimes?

« - Entre autre.

« - Mais elles sont encadrées par les bergers et leurs chiens de garde, qui eux prennent des décisions, et qui sont plus qu'une poignée.

« - Qui passent surtout leur temps à se disputer la plus grande part du gâteau.

« - Mais qui savent faire front commun pour étouffer toute résistance.

« - Qui sont désemparés par toute résistance. Leur principale force est dans notre obéissance.

« - Mais si l'administration, la justice, police, soutiennent leur logique collectiviste?

« - Il y a toujours des chiens de gardes pour défendre le système; mais la plupart des fonctionnaires font partie du troupeau, tout autant victimes que bourreaux.

« - Et tu comptes sur eux pour cesser de défendre le système?

« - Ceux qui sont détachés de la réalité ne comptent pas; et ceux qui sont ancrés dans le réel voient bien que la logique collectiviste ne marche pas.

« - Ils le verraient s'ils étaient en éveil. Mais ils sont comme hypnotisés.

« - Alors réveillons-les.

« - Tu es toujours si optimiste?

« - Optimiste, moi? Non. Positif. Il ne s'agit pas de s'attendre au bien, mais de le faire avancer!

« - Avancer? Comment?

« - En montrant la voie. En redonnant confiance à ceux qui n'ont ni abandonné la raison ni baissé les bras. En leur permettant de se rencontrer et de reconnaître leur propre force.

« - Et tu crois qu'on va te laisser faire?

« - C'est fou ce qu'on peut faire avec de la volonté. Ceux qui subissent le système sont trop apathiques pour agir. Et les chiens de garde, ma foi, pourront bien aboyer -- ce sera un signal de rassemblement pour tous nos amis. »

Tags: activism, choc-info, fr, humor, libertarian
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic

    Your reply will be screened

    Your IP address will be recorded 

  • 0 comments