François-René Rideau (fare) wrote,
François-René Rideau
fare

  • Music:

Unis dans la mort?

Mon camarade Sylvain Poirier, dans une interrogation métaphysique, ne conçoit pas que deux êtres différents puissent avoir le destin identique d'une mort physique suivie du même néant: comment pourrait-il y avoir un avenir identique [après la mort] à partir de vies différentes? Voilà qui m'inspire cette parabole.

J'avais deux bouteilles de vin. La première, après usage, fut déposée dans un bac à verre. Après collecte, n'étant pas d'un type standard, elle fut fondue avec d'autres bouteilles et de nombreux éclats, et le tout fut recyclé en de nouvelles bouteilles, de forme différente et à un usage différent de l'originale. Plusieurs mois plus tard, j'amenais l'autre bouteille à un pique-nique. Malheureusement, elle fut victime d'un accident durant le déjeûner. Les éclats assez gros pour être ramassés furent mis à la poubelle la plus proche, cependant que de nombreux petits éclats restèrent éparpillés dans la terre.

Ainsi, deux objets aussi simples et aussi similaires que deux bouteilles peuvent avoir dans la destruction des destins complètement différents. Comment s'inquiéter que deux hommes différents, êtres d'une complexité astronomiquement plus grande qu'une bouteille, auraient le même destin dans la mort? Les molécules et particules qui composaient leurs corps ont chacun un destin propre, et sont ou ne sont pas recyclés dans une chaîne de décomposition et recomposition aux ramifications qui dépassent l'entendement. Les héritages que ces deux hommes lèguent à leurs proches, les souvenirs qu'ils suscitent, les places qu'ils laissent vacantes dans la société, sont tout aussi différents. Il n'y a pas besoin de "vie après la mort" de nature mystique pour différencier deux décès; il n'y a pas de néant à combler. Car la vie ne cesse pas pour le reste du monde après cette mort, et quand l'identité physique d'une personne s'est dissoute, celle des composants demeure.

En fait, sur la notion de concept, mon ami Sylvain ferait bien de lire des bouquins sur l'émergence (les structures qui apparaissent à partir de composants plus simples), l'herméneutique (l'action située comme contexte pour donner du sens aux distinctions) et autres joyeusetés. Il se rendrait ainsi compte de ce que la notion d'identité est plus fragile (et donc plus précieuse) que ce qu'arrivent à (se re)présenter les magiciens noirs adorateurs du mot comme sacré.

Tags: black magic, epistemology, fr, philosophy
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic

    Your reply will be screened

    Your IP address will be recorded 

  • 0 comments