?

Log in

No account? Create an account
eyes black and white

La grande peur de la "défaillance du marché"

Pour justifier l'intervention de l'État, les adeptes de la magie noire s'inventent des scénarios-catastrophes du genre que se passe-t-il si les fournisseurs de tel type de service font tous faux bond et ne satisfont pas le public? Ces ratiocinations suivent un modèle standard, et on peut leur donner une réponse standard.

L'exemple repose systématiquement sur la supposition que le problème est isolé, que la défaillance d'un acteur est une catastrophe irréparable, qu'il n'y a pas un marché national pour pallier les déficiences locales, etc. Et aussi et surtout que l'État est à même de faire mieux et de corriger ces défaillances du marché.

Si le problème était isolé, franchement, il ne vaudrait pas la peine d'en parler. Et si le problème n'est pas isolé, alors la concurrence sera rude, et un acteur défaillant n'aura aucun mal à se faire remplacer. Si par hasard dans un quartier donné tous les acteurs se révélaient insuffisants pour remplir une mission à forte demande, cela serait dans un marché libre une opportunité pour l'émergence d'un nouveau concurrent ou l'implantation d'un concurrent étranger (au quartier).

Pensez-vous, personnellement, que dans tel quartier, il y a vraiment une forte demande sans réponse? Ma foi lancez-vous! Plutôt que de demander que d'autres résolvent le problème à votre place, qui plus est avec l'argent des autres, ce qui est l'attitude des chiennes étatistes se prosternant en tortillant du cul aux pieds de Dieu-l'État tout puissant, prenez vos responsabilités, put your money where your mouth is - appuyez vos affirmations putatives par des actions effectives.

Si, le premier, vous réagissez et faites une offre qui réponde à la demande, votre entreprise sera couronnée de succès, et cette réussite sera à la fois de reconnaissance de votre talent, la récompense des services rendus à tous vos sponsors, un encouragement à continuer, et la mise à votre disposition de ressources pour exercer davantage votre talent, ici ou ailleurs. Si au contraire, vous n'étiez qu'un arrogant affabulateur, vous ferez faillite, et cette faillite sera à la fois le témoin de votre erreur, l'assurance que vous n'aurez plus les moyens de mettre votre bêtise à l'oeuvre, une désincitation à faire n'importe quoi pour tous vos émules potentiels. Et si votre faillite est due à l'influence de mauvaises idées qui n'excluent pas que vous ayez eu une ou deux bonnes idées au milieu, ma foi, d'autres que vous seront libres de suivre votre exemple sur les points qu'ils croient bons en changeant ceux qu'ils croient mauvais; et vous-mêmes serez libre de trouvez de nouveaux investisseurs pour une nouvelle entreprise amendée, si vous savez les convaincre. Avec un peu de chance, les pertes financières seront une sonnette d'alarme qui vous permettront de vous corriger avant la sanction de la faillite.

Bref, en l'absence d'un monopole ou de réglementations élevant une barrière à l'entrée du marché, il n'y a que des lâches et des hypocrites pour prétendre qu'une demande n'est pas satisfaite; si vous avez le courage d'une opinion sincère, lancez-vous: le marché libre n'est pas, comme l'État chéri de vos fantasmes, une divinité supérieure de laquelle attendre passivement la salvation; vous faites partie de ce marché libre: si vous voyez plus que les autres une opportunité, c'est à vous de la saisir (voir la blague près de la note #5 dans cet article); et si vous ressentez plus que les autres un besoin, c'est à vous de rendre attractive l'entreprise de le satisfaire. Et plus la demande est criante et plus la solution est évidente, qui plus est pour tout le monde, plus vous êtes un lâche, un hypocrite ou un affabulateur de le prétendre et de ne pas vous lancer.

Et si vous n'avez pas le temps car votre activité actuelle est tellement plus productive et sûre pour vous-même que celle dont vous vous faites le chantre, eh bien money talks: engagez les ressources que vous gagnez par ailleurs pour les investir dans cette autre activité que vous prétendez si utile; si comme vous le prétendez tant d'autres personnes ressentent le même besoin que vous, vous n'aurez aucun mal à susciter un fournisseur à vos besoins. Déposez vos fonds chez un notaire, avec promesse de les investir ou de les dépenser auprès d'un fournisseur qui satisferait à vos critères, en agréant un juge réputé impartial pour tout litige à ce sujet; si vous collectez assez de fonds pour des conditions raisonnables, il se trouvera bien quelqu'un pour relever le défi; dans le cas contraire, ce sera la preuve que votre évaluation était erronée.

Ceux qui justifient l'intervention politique par des scénarios catastrophes ne comprennent pas plus la nature d'un marché libre que celle de l'État; ils en restent à la pensée magique. La grande peur des défaillances du marché n'est autre chose que cette névrose de ceux qui ont peur de la liberté, et se cherchent désespérément en l'État un parent pour les soulager d'avoir à se comporter en adulte.

Comments

(Anonymous)

defaillance du marché

Tu manipules des constructions intellectuelles beaucoup trop complexes;-)

Il ne peut pas y avoir "liberté" absolue pour tout le monde,
tout simplement parce que nous sommes contraint par la physique. Le
monde est fini. Je ne peux pas planter des patates, construire une maison avec
des pierres que j'aurai extrait d'une carrière car je ne peux pas m'approprier un
terrain vierge ou en creer un de mes mains. Les ressources sont finies.
Et tu ne voudrais pas que la vermine humaine detruise completement les
oceans et forets qui servent au recyclage de l'oxygene, entre autre.
Bien sur, dans le futur, l'evolution des techniques ouvrira de nouveaux
horizons, mais en attendant, il faut gérer les ressources qu'on a.

L'état *est* une construction du marché.
Le besoin auquel il répond : controler socialement le capital.

Les pauvres sans outils (pour toi ton education et ton talent intellectuel),
veulent des subventions,
en obligeant les "riches" propriétaires des outils de production à travailler
pour eux, et à ne pas agir de facon complètement égoiste.

C'est aussi simple que ca.
Tu es brillant, tu peux fabriquer des machins interessants.
Les "pauvres", nombreux, sans talents, t'obligeront à partager,
et t'empecheront de construire une structure pour les exploiter ou les détruire.
Leur force est effectivement de s'associer en groupes de pressions.

Si tu veux attaquer l'etat, attaque la forme (lourd, techniquement dépassé, trop centralisé),
mais pas le principe social, *qui répond à une demande du marché*.

Je vais te donner un exemple caricatural:
une société dans laquelle on aurait deux classes d'age :
-la 1ere, agée, egoiste, en "possession" des moyens de production,
sur un territoire fini.
-la seconde, enfants de pervers irresponsables, exploités au salaire
minimum qui leur permet de survivre, bref, esclaves.

C'est exactement de ceci que les "communistes/socialistes" se nourrissent.
(Et effectivement créent une autre tyrannie, souvent, mais c'est
un autre problème.)

Maintenant, tu jouis peut-etre d'une forte solidarité familiale.
Dis-toi bien que ce n'est pas le cas de tout le monde.

Tu es "riche". Au moins intellectuellement.
Si tu veux avoir la "liberté" de t'enrichir sans partager,
continues à t'armer. Mais tu te prépares une vie bien triste.

J'ai abandonné le "libéralisme" théorique, car il m'amenait a etre obligé
de nier ma sympathie a l'egard des autres, aussi "incapables" soient-ils,
et me rendait dépressif.

Ne serais-tu pas simplement révolté contre les pseudos-socialistes "caviar" ?
Tout les tyrans "intellectuels" qui se disent "socialistes" et en prennent
prétexte pour s'arroger des monopoles pas vraiment socialement utiles !

Plutot que "liberaliste", terme vague, ne serais-tu pas tout plutot
un "théoricien" de l'état minimal (comme Bastiat) ?
Ou un "anarchiste", qui se méfie de
toute les formes d'organisations trop importantes ?
Ce ne sont pas seulement des problemes de nommages. Il y a des objectifs
fondamentalement différents.

Tu pourrais faire une si belle carrière de politicien honnete et competant ;-)
Y'a pleins d'ignorants qui ont besoin de tes lumières :-)
Au moins pour le logiciel libre et les brevets logiciels.

J'ai survolé les textes que tu as numérisés, de Bastiat,
beaucoup d'ironie, mais il évite comme la peste certains problèmes.
(le monopole privé)
Je surveille ta page web, ton blog, de temps en temps.
Je sens que tu es fondamentalement bienveillant, mais
que tu n'as pas eu acces à certaines expériences : la "pauvreté" ie
la maladie, le handicap, les enfants abandonnés ou maltraités.
A l'origine je t'ai découvert par "tunes".
Peut-etre que j'aurai le temps de te parler du "socialisme"
davantage plus tard. Mais on ne peux pas sincèrement parler du socialisme
sur un ton "triomphant".
--
Amicalement.
Un peureux anonyme dont tu as l'adresse IP ;-)
eyes black and white

January 2018

S M T W T F S
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Tags

Powered by LiveJournal.com