May 20th, 2005

eyes black and white

Crooks who pose as "Economists" in Academia.

One of the first thing that any so-called "macro-economist" does when studying a phenomenon, is to postulate a deterministic model in which there is no choice and all economic costs are thus zero. That is, whenever they introduce mathematical tools, which they do so as to pose as physics-like hard scientists, they begin by negating the very essence of economics: the notion of economic cost. They are actually based upon an epistemology that explicitly denies individuals the essence of their human nature: the ability to make relevant choices. This is true of all economists from all schools of economics, save the few libertarians from the austrian school and its direct relatives. And the crooks include the neo-classical schools (that dictates the economic orthodoxy in most rich countries), and the keynesian and marxist schools (that dictate the economic orthodoxy in France and other socialist countries). No wonder why all these schools of economics produce only lies, in the form of deceitful statistics and bogus assumptions smuggled under the veil of meaningless mathematics.

If mathematical models were to be used at all in economic science, we would need non-deterministic models, replacing (neo)classical economics with quantum economics. And then we'd find that we're not able to even imagine the Feynman diagrams of all possible interactions over which to integrate our economic functions, because the relevant interactions that will take place between agents are precisely those based upon information that others don't have, including the person trying to build the model.

PS: Oh yes, one particular crook from the top of the Establishment just called me ridiculous for rejecting the results of so many scientific studies based on empiricism. You may find more about the fraud that is empiricism in social sciences by reading e.g. Hoppe, whom you may hear in this course.

eyes black and white

Choix de société

Un mot qui revient souvent en France, le choix de société. Sous-entendu, Je choisis, tu es la société. Car bien sûr le rhéteur s'empresse de donner des conseils sur ce que devrait être ce choix imposé à tous par la force -- le choix s'entend comme terrain pour nos chers êtres supérieurs, cependant que le commun des mortels n'a qu'à opiner. Un choix de société, basé sur l'intérêt général, le bien collectif, la raison d'état, l'économie nationale, j'en passe et des meilleures: voilà les mots clefs de tous les salauds assoiffés de pouvoir de la terre.

eyes black and white

Animisme

Nos zamis-les-bêtes, quand ils voient un problème, en appellent à une action commune coordonnée (par eux si possible) pour le résoudre. Ils mettent les malheurs du monde sur le dos du patronat, de la CIA, et autres organisations occultes. À l'opposé, ils rient quand nous parlons d'ordre spontané et d'émergence de phénomènes non coordonnés. Et bien sûr, quand on accuse l'Establishment socialiste, ils prétendent que nous donnons dans la théorie du complot, cependant qu'ils savent évidemment qu'un complot socialiste n'existe d'autant moins que l'Establishment est selon eux dominé par les forces démoniaques ultra-libérales.

Cela me rappelle cette citation de fortune:

Le problème avec la plupart des théories de conspiration, c'est qu'elles présupposent que l'intention et la concertation soient nécessaires pour qu'un groupe d'individus agisse de façon néfaste.

Et la variante que j'ai jadis composée:

Le problème avec la plupart des théories étatistes, c'est qu'elles présupposent que l'intention et la concertation soient nécessaires pour qu'un groupe d'individus agisse de façon bénéfique.

Le mot qui me revient alors est animisme. Les gens qui voient de l'intention et de la concertation partout, ce sont des animistes. Comme quoi, certains ont toujours deux mille ans de retard... le problème étant bien sûr qu'ils veulent y entraîner les autres avec eux. Rétrogressistes extrêmes.