April 24th, 2004

eyes black and white

Pureté sociale, pureté raciale

Selon les néo-classiques, keynésiens et autres marxistes, une redistribution pure n'altérerait pas les processus créatifs, tout en permettant de s'approcher de leur pseudo-idéal égalitariste matérialiste de richesse également répartie. Or, il n'y a de redistribution pure que dans leurs modèles déconnectés des réalités humaines les plus élémentaires. Dans la pratique, ces slogans servent à justifier des interventions arbitraires, en faveur des causes défendues par l'intelligentsia (ipso facto sélectionnée par l'adéquation de ces causes à ses intérêts), et au détriment de toutes les autres, à commencer par celles dénoncées par cette même intelligentsia (avec là encore une pression de sélection correspondante).

Bien sûr, même quand par quelque miraculeuse sainteté, les décisionnaires sont intéressés par la satisfaction des membres du public, toute intervention empêchera les calculs économétriques ou les rendra non pertinents à mesure même de son ampleur, privant ainsi ces décisionnaires de tout moyen de décision rationnelle. Non seulement la politisation détruit les moyens d'expression par les individus de leurs préférences réelles (la liberté du choix), mais elle corrompt ces préférences mêmes, en détruisant les moyens d'apprentissage de ces préférences (la responsabilité du choix). En fin de compte, les détenteurs du pouvoir argueront que tous les choix se valent, -- entendu pourvu que ce soit les leurs, -- et le seul argument qu'ils pourront en fin de compte faire valoir sera: la force brute. La dynamique ainsi mise en place dans le peuple sera que chacun fera des efforts dans le sens de moins de spoliation à son détriment, et davantage de spoliation à son profit, -- tous efforts qui seront autant de richesse détruite, autant de soumission à un ordre extérieur imposé contre la volonté des individus concernés, autant de souffrances. -- et un peuple de tricheurs, de menteurs, d'hypocrites, de voleurs et d'assassins professant l'altruisme, pratiquant l'égotisme le plus étriqué.

eyes black and white

Plain Jealousy

Rich people without particular talent paying for their entry in university do not do it to the detriment of less fortunate people; on the contrary, by subsidizing university, they make it cheaper for other people. Not only don't they take university away from the poor, they create university for the poor, and pull up the whole education system to everyone's benefit.

Yet, static thinkers often criticize liberty in education because it would ``favor the rich to the detriment of the poor''. Once again, they see society as a static zero-sum game of distribution without ever considering the dynamic nature of creation and destruction. They think about a choice they don't have -- switching with a rich man -- which is but plain jealousy, and use it to justify a criminal choice that leads but to more poverty: forceful intervention.

Darn, if education is of any value (to you), then what the hell could money serve to, if not buy you a better education?

eyes black and white

Fallacy of the Day: Dynamic Contradiction

I'll start exercising as soon as I'm in shape.

One of the most frequent fallacies amongst statists as well as other neurotic people is the fallacy of dynamic contradiction: a kind of flawed reasoning that leads to self-defeating behaviour (or lack of behaviour), the consequences of which is the worsening of the problem that it was meant to solve or avoid.

Collapse )
eyes black and white

Aristocrats by Proxy / Aristocrates par procuration

Most statists support the State because they feel superior to other people and identify themselves to the State that will impose their wisdom upon these others. They are really aristocrats by proxy. Of course, the State never quite serves their purpose, and only gives them the impression of treating them as masters, whereas they are really its subjects. Once again, modern politics is based on massive fraud. Now, it can be said that from extermination to rape to enslavement to robbery to fraud, the way the holders of political power treat their victims has evolved in quite a positive way, albeit quite slowly; but it's still a far cry from freedom.

 

La plupart des étatistes appuient l'État parce qu'ils se sentent supérieurs aux autres et s'identifient à l'État qui imposera leur sagesse à ces autres. Ils sont vraiment des aristocrates par procuration. Bien sûr, l'État ne sert jamais vraiment leurs intentions, et leur donne seulement l'impression de les traiter en maître, lors même qu'ils sont en fait ses sujets. Une fois de plus, la politique moderne est basée sur la tromperie de masse. Maintenant, on peut dire que de l'extermination au viol à l'esclavage au brigandage à la tromperie, la façon dont les détenteurs du pouvoir politique traitent leurs victimes a évolué de manière tout à fait positive, quoique fort lentement; mais le chemin vers la liberté est loin d'être accompli.