François-René Rideau (fare) wrote,
François-René Rideau
fare

Ode to Surrender / Éloge de la reddition

While discussing with fellow libertarians about the foolishness of sacrificing one's own welfare for the sake of avoiding State taxes and control, I remarked that as a Frenchman, I well knew the blessings of unconditional surrender.

 

Discutant avec des camarades libéraux de la stupidité de sacrifier son propre bien-être dans le but d'éviter d'être taxé et contrôlé par l'État, je remarquai qu'en tant que Français, je connaissais bien les bienfaits de la reddition sans condition.

In France, our paleolithic Neanderthal ancestors surrendered to the Cro-Magnons. Our neolithic ancestors accepted the yoke of the Celts and became Gauls. As Gauls, we surrendered to the Romans and adopted their language and laws. As Gallo-Romans, we embraced the Christian bandwagon rather than being persecuted as infidels. As Christian Gauls, we greeted the Visigoths as protectors, and negotiated rather than fought with Attila the Hun. We then became servants to the Germans and eventually took from this new Master Race their name "French". As French, we surrendered to the Normen a whole province (now Normandy) rather than fight. We were happy to honor "English" (Norman) as well as "French" (German) contestants to the throne of our Kingdom. We eventually crowned a Navarrean. We sat out the first Communist Dictatorship ever (the Terror), and hailed a Corsican midget as our savior. We welcomed back a King with the Russian army that brought him and elected another Corsican Emperor. We left Alsace and Lorraine to the Prussians without much resistance. When they invaded again, we were letting them pour in except that the English and the Americans threw them out, twice, to install regimes of their own preference. We were actively getting ready to receive the Russians a second time, but they never came. Nowadays, we'd happily surrender to our new Islamic invaders, if only they had a well-defined chief at whose feet we could grovel. In the meantime, we bow reverently to our overlords in Brussels.

Now, some of you will argue that there were always resisters, from Vercingetorix to Jean Moulin through la Rochejaquelein. But vae victis, they died in the shame of defeat and subjection, and by and large, we are not their descendents. No, we the French descend from a long line of cowards and traitors, who knew when to switch side, to flee, to surrender, to serve and pay taxes. And what's to be ashamed of? At least our country is not a backwater reduced to ruins, like Chechnya, where lives the prototypical people who'll never surrender but to the most completely overwhelming force, and then some. Compare Paris and Grozny. Is there any doubt at all which of the two capitals is more suitable to self-actualization and the good life?

No. In France, we know that Power is to be respected; and we also know that Powerlessness is to be trampled upon, and that the best way to detect the difference between the two is to walk the fine line that separates them, all the while avoiding to pass the breaking point. A fine art that we've developed to perfection. We will accept any master who will let us enjoy the good life, with good food, sweet romance and long vacations; and we'll use that good life to corrupt whoever will rule us into embracing our way of life. Yet we'll abandon him for a stronger master the moment that his weakness is apparent.

Who cares whether the master is Roman, German, Corsican or Belgian? Whether the priests follow Jupiter, Jesus, Robespierre or Muhammad? Taxes are due to the political master and lip service is due to the dominant ideology; we Frenchmen didn't have to be taught to render unto Caesar what belongs to Caesar, and to God what belongs to God. We have learned to count our losses, and to focus on what is left for us to actually possess and enjoy — including whatever we can grab back from our masters while they're not paying attention.

Note that we do not confuse surrender with victory, subservience with freedom. But while victory and freedom can hardly be overrated, they are often misidentified, their cost under-evaluated; the risk of defeat and the instability of permanent supremacy are dismissed too quickly. You're not victorious just because you're a slave soldier in the victorious army. Your people hasn't won the war if half of it is dead and the survivors are more miserable than if they had surrendered early on. And while Victory is sweet, its winds are changing, victors come and go. You'll only stay on top so long before you get old and are toppled by newcomers. So ask yourself whether the necessary ascetic military discipline is worth it all, when instead you could be enjoying yourself at the cost of an occasional bow. What makes you think that Caesar is a harsher master than Mars Himself? Do conquering soldiers bow and obey less than conquered civilians?

Therefore as a permanent relationship with Power, we choose unconditional Surrender. And we don't mean some half-hearted surrender with a permanent spirit of revenge. Neither do we mean a down-hearted surrender with the gloom of eternal defeat. We mean a whole-hearted surrender with the enthusiastic welcome of the victor. We won't incur the wrath of the master with constant hit-and-run guerrilla tactics. We will actively staff his bureaucracy, lobby his office, offer our wines, sell our perfumes, seek his friendship, marry our daughters to him. We'll happily pay taxes on everything that we can't hide. We'll eloquently support the candidate to the master's succession who'll give us more from his loot, without making enemies of other potential future victors.

Power is a fact, and we'll make the most of it. But it is also a fact that Power has limits, and we'll just as much make the most out of that. You can never vanquish rodents and roaches by killing them all off; but you can easily learn to store your grain where rodents and roaches won't be able to see it or reach it. In France, we have such proverbs as "Vivez heureux, vivez caché" (to live happy, live hidden), or "Cultiver son jardin" (to grow one's own garden). We don't fight against power in the open, but thrive at home behind closed walls. We are well warned at school and in the media to not flaunt our riches like a Fouquet and to not openly revolt against the masters like a Duviau. Whatever the law says, it is only ever forbidden but to get caught — the latter not the former is what the law is, and that is the law we respect. Remember: it's only illegal if you'll actually get caught and punished for it; getting caught won't happen where there is neither victim nor witness; and getting punished may not happen if it is not explicitly forbidden. (A last proverb: "Pas vu, pas pris", literally "Not seen, not caught", or as The Simpsons once put it, "It's not a crime if there is no witness".)

In conclusion, our motto is: Long live our Masters! And longer shall we live.

 

En France, nos ancêtres paléolithiques Néanderthaliens se sont rendus aux Cro-Magnons. Nos ancêtres néolithiques ont accepté le joug des Celtes et sont devenus Gaulois. En tant que Gaulois, nous nous sommes rendus aux Romains et avons adopté leur langue et leurs lois. Gallo-Romains, nous avons embrassé la religion chrétienne plutôt que d'être persécutés comme infidèles. Gaulois christianisés, nous avons bienvenu les Wisigoths comme nos protecteurs, et avons négocié avec Attila le Hun plutôt que de l'affronter. Nous nous sommes ensuite fait les laquais des Allemands ("Germains") et avons finalement pris de cette nouvelle Race des Seigneurs le nom, "Français". Comme Français, nous avons livré aux Normands une province entière (maintenant appelée Normandie) plutôt que de nous battre. Nous fûmes heureux d'honorer des candidats aussi bien "Anglais" (Normands) que "Français" (Allemands) au trône de notre Royaume. Nous couronnâmes en fin de compte un Navarrais. Nous avons survécu sans moufter la première de toutes les Dictatures Communistes (la Terreur), et avons acclamé un nabot Corse comme notre sauveur. Nous avons accueilli à bras ouvert un roi rapporté par l'armée Russe, et élu un autre Empereur Corse. Nous avons laissé l'Alsace et la Lorraine aux Prussiens sans grande résistance. Quand ils nous envahissaient de nouveau, nous les laissions s'engouffrer dans notre pays et ce sont les Anglo-Américains qui les rejetèrent, deux fois, pour mettre en place des régimes à leur propre convenance. Nous nous apprêtions à accueillir les Russes une deuxième fois, mais ils ne sont jamais venus. De nos jours, nous nous rendrions avec plaisir à nos nouveaux envahisseurs islamiques, si seulement ils avaient un chef bien identifié aux pieds duquels nous prosterner. Entretemps, nous nous agenouillons devant nos maîtres Bruxellois.

Certes, d'aucuns argueront qu'il y a toujours eu des résistants, de Vercingetorix à Jean Moulin en passant par la Rochejaquelein. Mais vae victis, ils sont morts dans l'infamie de la défaite et de la soumission, et l'un dans l'autre nous ne sommes pas leurs descendants. Non, nous les Français descendons d'une longue lignée de lâches et de traîtres, qui savaient quand changer de chemise, quand fuir, quand se rendre, et quand servir et payer tribut. Et de quoi y a-t-il là à avoir honte? Au moins, notre pays n'est pas un trou perdu réduit à l'état de ruine, comme la Tchétchénie, où vit ce peuple proverbial pour ne jamais se rendre que contre la force la plus complètement écrasante, et encore même pas toujours. Comparez Paris et Grozny. Y a-t-il le moindre doute concernant laquelle des deux capitales est plus proprice à l'épanouissement et au bon vivre?

Non. En France, nous savons que le Pouvoir est fait pour être respecté; et nous savons aussi que l'Impuissance est faite pour être piétinée, et que le meilleur moyen de savoir où se trouve la frontière entre les deux est de continuellement repousser les limites sans jamais les dépasser. Ce que nous faisons avec un art consommé. Nous accepterons tout maître qui nous laissera jouir de la belle vie, avec sa bonne cuisine, les plaisirs de l'amour et de longues vacances; et nous utiliserons cette belle vie pour corrompre et gagner à notre mode de vie quiconque nous aura conquis. Et cependant nous l'abandonnerons sans hésitation pour un maître plus fort dès lors que sa faiblesse sera apparente.

Qui donc se soucie si le maître est Romain ou Germanique, Corse ou Belge? Si les prêtres adorent Jupiter, Jésus, Robespierre ou Mohammed? Un tribut est dû en or aux maîtres politiques et un autre est dû en paroles à l'idéologie dominante; nous les Français n'avons pas attendu qu'on nous apprenne à rendre à César ce qui est dû à César, et à Dieu ce qui est dû à Dieu. Nous avons appris à faire une croix sur nos pertes, et à nous concentrer sur ce qu'il nous est donné de posséder et de jouir — y compris tout ce sur quoi nous pourrons mettre la main pendant que nos maîtres auront le dos tourné.

Notez que nous ne confondons pas la reddition avec la victoire, l'asservissement avec la liberté. Mais si la victoire et la liberté sont tout à fait appréciables, elles sont souvent confondues avec des apparences trompeuses, leur coût est souvent sous-évalué; le risque de la défaite et l'instabilité d'une suprématie permanente sont souvent trop vite négligés. N'est pas victorieux l'esclave combattant dans l'armée victorieuse. N'est pas vainqueur le peuple dont la moitié est décimée et dont les survivants sont plus misérables que s'ils s'étaient rendus à la première heure. Et si la Victoire est savoureuse, elle est aussi capricieuse, les vainqueurs vont et viennent. On ne reste pas indéfiniment au sommet sans vieillir et faiblir, et se faire en fin de compte renverser par un nouveau venu. Alors demandez-vous si l'ascétique discipline militaire vaut tous les efforts nécessaires, quand à la place vous pourriez jouir de la vie au prix d'une courbette de temps en temps. Qui vous fait croire que César est un maître plus cruel que Mars lui-même? Les soldats conquérants doivent-ils moins se courber et obéir que les civils conquis?

C'est pourquoi, comme relation permanente au Pouvoir, nous choisissons la Reddition sans condition. Et par là nous ne voulons pas dire une reddition sans conviction, doublée d'un esprit revanchard permanent. Nous ne voulons pas non plus dire une reddition déprimée, dans la noirceur d'une défaite éternelle. Non, nous voulons dire une reddition enthousiaste, où le vainqueur est accueilli en triomphe. Nous ne subirons pas le courroux du maître avec une guérilla permanente. Nous nous engagerons activement dans sa bureaucratie, nous nous presserons dans les couloirs et les antichambres de ses ministères, nous lui offrirons nos vins, lui vendrons nos parfums, rechercherons son amitié, lui marierons nos filles. Nous paierons sans rechigner nos impôts sur tout ce que nous ne pouvons pas cacher. Nous offrirons un soutien éloquent à tout candidat à la succession de notre maître qui nous offrira une plus grande part du butin, sans nous faire pour autant les ennemis d'autres vainqueurs futurs potentiels.

Le Pouvoir est un fait, et nous en tirerons le meilleur parti possible. Mais c'est aussi un fait que le Pouvoir a ses limites, et nous tirerons tout autant le meilleur parti de cela. On ne vainc pas les rats et les cafards en les anéantissant tous; mais on apprend aisément à garder son grain là où il sera hors de vue et hors de portée des rats et des cafards. En France, nous avons des proverbes tels que "Vivez heureux, vivez caché" ou "Cultiver son jardin". Nous ne défions pas le pouvoir en plein jour, mais nous prospérons derrière les murs de nos maisons. On nous a bien prévenu, à l'école et dans les médias qu'il ne faut pas faire étalage de nos richesses comme un Fouquet ni nous révolter ouvertement contre nos maîtres comme un Duviau. Quoi que dise la loi, il n'est jamais interdit que de se faire prendre — c'est cette réalité et non pas la lettre qui est la loi, et telle est la loi que nous respectons. Souvenez-vous: rien n'est illégal que si vous vous faites prendre et punir; vous ne serez pas pris s'il n'y a ni victime ni témoin; et ne vous serez sans doute pas puni s'il n'y avait pas d'interdiction explicite. (Dernier proverbe: "Pas vu, pas pris", ou, comme le dit Homer Simpson, "Ce n'est pas un crime s'il n'y a pas de témoin".)

Pour conclure, note devise est: Longuement vivent nos Maîtres! Et plus longuement encore vivions nous.

Tags: en, evolutionism, fr, fwance, libertarian, power, surrender
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic

    Your reply will be screened

    Your IP address will be recorded 

  • 9 comments