?

Log in

eyes black and white

Political Welfare is Pure Waste / Redistribution = Dissipation

Regarding my previous blog entry (in French) Redistribution et dissipation, it appears that the Law of Political Economics that I described has been baptized by François Guillaumat as The Law of Bitur-Camember in the short article (in French) in which he first published it, with George Lane. For the sake of making sure this essential Law may be known to the wider audience that is the English-speaking public, I have undertaken to revamp my article, this time in English.

 

Concernant mon précédent billet Redistribution et dissipation il apparaît que la Loi d'Économie Politique que j'y expose a été baptisée par François Guillaumat La loi de Bitur-Camember dans le court article où il l'a publiée pour la première fois, avec George Lane. Pour m'assurer que cette Loi essentielle soit accessible à ce public plus large que sont les anglophones, j'ai entrepris de refondre mon article, cette fois-ci en anglais. Puis j'ai traduit cette refonte en français, pour le QL qui l'a publiée dans son édition du 21 février 2004.

One day that I had the privilege to discuss face to face for just a few minutes with the secretive Mr. Libertarian Scholar himself, François Guillaumat, I was illuminated with this interesting Law of Political Economics: Any resource that is available for political redistribution will be almost entirely spent in lobbying activities so as to grab or keep said resource, in advance to benefitting anyone. Here is a way to re-demonstrate this interesting Law of Economics...

Consider some resource that is up for grabs for Legal Plunder, aka political redistribution: any valuable good or service that some people have accepted that they must part from never to receive any specific good or service in exchange, or even any valuable good or service that some people are expected to relinquish in the future and leave to the management of some governance. What Raymond Ruyer would have called a psychological potential for predators to exploit; what François Guillaumat after Amilcare Puviani calls a source of fiscal illusion. The availability of this resource mechanically creates an incentive for all potential recipients of this resource to lobby the powers that be or will be, and actually grab said resource; this incentive can be precisely equated with the expected value of said resource. Thus, lobbyists will spend up to however much they can afford while keeping the grabbing of said resource profitable; and they will spend it upfront to the decision of attributing said resource to some use — and sometimes upfront to the actual appearance of said resource, for as long as the resource is reasonably expected to appear someday, there will be speculation about it.

Hence, the expectation of gain from the future allocation of government welfare is a powerful drive for investment in lobbying, up to the point when the expected marginal benefits from such investment are less than a marginal investment in another industry would bring. If it is common for investment in some industries to yield something as low as say 5%, then it is profitable for many investors to switch and instead invest in political lobbying, up to the point when their return on investment is 5%. Which means that the counter-value for 95% of the government welfare resources will be destroyed in upfront counter-productive activities, while the remaining 5% will statistically benefit people who are specialized in lobbying, as a reward for their activity. Let it be expected that whoever manages to be recognized as president of Somalia will be able to control 10 billion dollars worth of foreign aid, and you will cause a civil war in Somalia that can be expected to cost 9.5 billion dollars in various expenditures and damages, from the constitution of armies to miscellaneous rampages and other forms of desolation.

Of course, lobbying is not an activity with a certain outcome. Out of many interest groups that lobby towards grabbing a given resource, only one can have the last say; and even if the resource is to be shared in some way between many lobbyists, the outcomes of the sharing plan that will be devised and enforced are uncertain. And of course, the precise evaluation of the benefits is itself uncertain, all the more since a plan which makes it clear who loses and who benefits is certain to raise resistance, as opposed to a plan that robs people in subtle ways without their understanding the phenomenon. These are risks that have a cost and thus that discourage investment, up to a point. Which means that there will be a lot of losers, but that the few who win will strike gold and win big, with an extremely high profit margin far beyond what you get in other industries. Because most people are risk averse and don't have enough funds to keep doing lobbying until it is profitable, there will be few players on the market place; with that lack of competition, the winners can in average earn a premium for their risk. In a stable political regime such as a modern democracy, this premium in turn makes it profitable for some people to specialize in regular lobbying so as to earn this premium as a regular rent, rather than to leave the market to adventurous people who play double or nothing. The gathering of funds required to be a big enough player to win regularly will be a natural barrier to entry into the market; but so as to preserve this premium as theirs, the regular winners have to constantly raise the bar of competition and the barrier to entry to their market; they will invest a lot in marketing and development: opinion control via the press, television, education, trade unions, interest groups, etc. Almost all the revenues of these firms, premium included, will therefore be spent in lobbying infrastructure and activities, so as to keep established firms up to each other and the whole establishment ahead of potential competition. A risky market like the market of political lobbying will thus grow structures specialized in dealing with risk, compensating failures with successes by distributing risks over many lobbying projects. Professional lobbying firms is such a structure. More importantly, Political parties and trade unions are also such structures. And not less importantly, mono-dimensional mostly bipartisan politics in democracies is such a structure. Even the know-how to handle or circumvent the administration by little and big citizens is such a structure.

An interesting corollary of this Law is that the average amortized yield of the marginal political lobbying activity is not higher than in other activities. In other words, in the average, people in the political racket could readily earn just as good a living by working in productive industries that make society richer rather than poorer. However, another corollary is that a lobbying industry is developed that involves huge sunk costs in terms of infrastructure, proficiencies, marketing presence, personal psychological commitment, etc. Thus, despite the whole racket being an enormous waste for everybody in the average, it is marginally profitable for those people who benefit from these infrastructures to further this racket. And of course, in everything that concerns Human Action, it is marginal decisions that matter.

What underlies this second corollary is the fact that all the costs of lobbying are sunk in advance of the government aid or government-directed resource benefitting anyone. For a group to benefit from an aid, lobbyists for this group and for competiting groups will have had to sink stakes that are worth (almost) as much as the aid, in addition to tax-payers paying for the aid (plus handling fees). And don't you think that after an initial sinking of costs in lobbying, the benefits for some group targetted by government protection will remain permanent benefits to this group while ceasing to cost to the recipients of said benefits. For the costs of entering the category of recipients will raise just as fast as the benefits: Rents will raise as lodging is subsidized, and the level of prices in an area will raise as fast as the general level of government welfare. Waiting lines, scarcity, reduced quality, uncertainty, insecurity, increased prices on the actually free (black) market, will inevitably follow from rent-control or price-control. Furthermore, as governments edicts can undo what previous edicts did, and as government-induced inflation slowly makes all monetary aids sink into irrelevance, lobbying is made necessary as a perpetual activity so as to maintain and raise the aids. In other words, there is no possible hope of net gain for the public in any government intervention.

Of course, in this con game of resource redistribution, there will be net winners and net losers; we already established that early on. In a way, the political market is a huge lottery — and that makes it all the more ironic that once again, collectivists will accuse the free market of being a lottery, whereas it isn't and their system is one. But most importantly, the game of Politics is a negative-sum game the total cost of which to society is directly measured by the total visible benefits to some. To any government spending corresponds to a global waste to society exactly equivalent in value to said spending, except for a small part that profits but the politicians. That's the famous rule of the double incidence of the loss which is well known since the nineteenth century as applied to protectionism (see this text by Bastiat, in French), but that applies just as well to any form of government welfare. We thus see that the One Lesson of Political Economics, that which is seen and that which is not seen, applies to every and all political intervention. And this is a praxeological law, that is valid even though you may fail to imagine where the resources are being wasted in a particular intervention.

Now, just like the aid can take the form not of a direct money endowment but of an arbitrary service, the cost to lobbyists may very well be non-monetary. For instance, so as to benefit from free health care, people will stand in line for hours and endure ever decreasing quality of care, up to the point where cost of this waste of time and health reaches in their subjective evaluation the difference of price for remaining market-based health care (which will itself be created and increased by intervention). So as to benefit from free education, people will have to put up with political brainwashing and disastrous education programs and methods that are commonplace in government schools. So as to benefit from aid to the poor, people will have to take the trouble of becoming poor and endure the hardness of remaining poor. Government payment of judges and lawyers doesn't reduce what parties are ready to pay so as to win their cases; these parties will thus end up either paying extra money to their lawyers or enduring as reduced quality of service by not being able to pay; this indirect subsidy to lawyers, will in turn have to be paid by prospective lawyers as a higher barrier to entry into the profession, etc.

All government regulations introduce chaos. So as to win from social welfare, you have to conform to the imposed norm, to abide by the edicted rules, to fulfill the administration's criteria. At best, people are paid with money and resources that were stolen from others so as to obey the order imposed upon them by the political system, to the benefit of politically bossy — they pay for their benefits in terms of an obedience and subservience that they could have sold for just as much in a free market — except that then the buyers would have been productive creators instead of destructive looters. To illustrate this point, consider that to benefit from the carefree status of an inamovable civil servant, candidates will have to compete in whatever ways are necessary to be recruited, then put up with a stupefying work environment with just as inamovable pointy haired-bosses, where things don't get done and no one is responsible but for maintaining the establishment as is. They will have to either become one with the system or lose enthousiasm in their job and become bored zombies, or maybe even end up in depression or leave in digust; in any cases, they will pay the comfort of their body with the loss of their very soul.

There is not one single benefit that is not paid by the prospective recipient in one way or another, in addition to the price paid by tax-payer. And this lobbying cost falls upon the recipient rather than unlucky competitors in direct relationship with the certainty of the considered prospective. In other words, market forces use up any available information about the aids so as to restore the real price of services; hence, in the long run, even the beneficiaries of welfare may not escape the cost of the services they receive for free. There Ain't No Such Thing As A Free Lunch. But there is such thing as a huge waste of resources in the con game known as Politics.

The conclusion of this sad affair is that Politics can never clearly benefit anyone but the professional politicians, big and small, who live off the resources that people spend at lobbying and hope to receive or keep receiving as subsidies. No wonder. In the end, revenues are associated to the factors of production, and this economical law is valid in politics like everywhere; people who hope they will benefit by the magic of government action without doing anything will not actually get anything; whereas those who will earn revenue off of government action are the producers of the Fool's Gold that is government welfare: politicians, trade-unionists, lobbyists, opinion-makers, media whores, etc. And the only solution to the continuation of this human waste is to educate the people, one by one, into not buying this Fool's Gold anymore.

PS: As for the name of the law, it is a reference to an episode of one of the very first comic strips ever, Le sapeur Camember, by French artist Christophe (a pseudonym and clever choice of a given name for M. George Colomb). In this episode, an officer orders sergeant Bitur (Trunkenbienge) to get rid of a pile of garbage; Sergeant Bitur in turn orders private Camember (Stinkichies) to dig a hole to bury the garbage. After Camember digs the hole, there remains the dirt from the hole, that Camember doesn't know how to handle. Sergeant Bitur then orders him to dig a second hole to bury the dirt from the the first hole. When that fails, Bitur punishes Camember for not having dug the second hole big enough to contain both the dirt from the first hole and its own. They are both too dumb to understand that the waste they create can be displaced here or there and disguised into a different kind of seemingly unrelated waste, but can never be made to disappear.

 

Un jour que j'avais le privilège de discuter pendant quelques minutes de visu avec le discret érudit libéral François Guillaumat, celui-ci m'expliqua la loi de Bitur-Camember, intéressante loi de l'économie politique: À tout gain quelconque occasionné par l'intervention de l'autorité politique correspond une destruction préalable de valeur quasi-équivalente en efforts pour capter ce gain. Voici comment démontrer cette loi économique...

Considérons des ressources disponibles pour la spoliation légale, alias la redistribution politique: tout bien ou service valable dont d'aucunes personnes ont accepté qu'elles devaient s'en séparer sans jamais recevoir de bien ou service spécifique en échange; ou même tout bien ou service valable dont il est attendu que d'aucunes personnes acceptent un jour d'abandonner à la gestion d'un quelconque gouvernement; bref, ce que Raymond Ruyer aurait appelé un potentiel psychologique à l'exploitation par des prédateurs, ce que Guillaumat après Amilcare Puviani appelle une source d'illusion fiscale. La disponibilité de cette ressource crée mécaniquement une incitation à la lutte pour s'emparer du pouvoir ou à la cour assidue des pouvoirs en place, à seule fin de s'emparer de ladite manne. Cette incitation peut être chiffrée précisément à hauteur de la valeur de ladite ressource disponible. Ainsi, les courtisans dépenseront autant qu'ils peuvent se permettre dans les limites de profitabilité attendue de ladite ressource, et ils feront cette dépense en avance de toute décision quant à l'affectation de ladite ressource à quelque usage précis — et parfois en avance de l'apparition effective de ladite ressource, car dès que l'apparition future d'une ressource est raisonnablement prévisible elle sera sujette à spéculation.

Ainsi, l'espérance de gain par une allocation future d'aide gouvernementale est un moteur puissant pour la dépense et l'investissement en lobbying, jusqu'au point où l'espérance de gain marginal pour de telles dépenses sera moindre que l'espérance de gain marginal dans d'autres industries. S'il est courant qu'un investissement marginal dans certaines industries ait un rendement aussi bas que 5%, alors il est rentable pour de nombreux investisseurs de placer leurs fonds dans le lobbying politique jusqu'au point où leur attente de retour sur investissement tombe en dessous de 5%. Ce qui veut dire que la contre-valeur de 95% des ressources de l'aide étatique seront détruites par avance dans des activités contre-productives, cependant que les 5% restant bénéficieront statistiquement à ceux qui se seront spécialisés dans les pressions politiques, comme salaire de leur travail. Laissez miroiter le contrôle de 10 milliards de dollars d'aides à quiconque se fera reconnaître président de Somalie, et vous susciterez une guerre civile en Somalie à hauteur de 9,5 milliards de dollars de dépenses et dégâts en constitution d'armées, destructions diverses et autres formes de désolation.

Bien sûr, le lobbying n'est pas une activité à l'issue certaine. Parmi de nombreux groupes d'intérêts rivalisant pour s'emparer d'une ressource, un seul peut prévaloir; et même si la ressource doit être partagée comme butin entre de nombreux groupes d'intérêts, l'issue du plan de partage qui sera conçu et appliqué est incertaine. Et bien sûr, l'évaluation précise des gains est elle-même d'autant plus incertaine qu'un plan qui laisse apparaître trop clairement qui gagne ou perd combien est susceptible de soulever bien plus de résistances de la part des victimes qu'un plan qui spolie les gens de façon subtile sans qu'ils comprennent le phénomène. Il y a donc des risques, qui ont un coût, et qui découragent l'investissement, jusqu'à un certain point. Ce qui veut dire qu'il y aura de nombreux perdants, mais que les heureux élus feront fortune et gagneront gros, avec une marge de profit extrêmement élevée, bien supérieure à ce qui existe dans d'autres secteurs d'activité. Comme la plupart des gens sont réticents à assumer des risques et n'ont pas assez de fonds pour continuer à faire du lobbying jusqu'à ce qu'il soit profitable, il y aura un nombre restreint d'acteurs sur le marché; avec cette faible concurrence, les gagnants peuvent en moyenne gagner une prime pour leur risque. Dans un régime politique stable comme une démocratie moderne, cette prime suscite à son tour l'activité rentable pour certaines personnes de se spécialiser exclusivement dans la pression politique pour gagner cette prime comme rente régulière, plutôt que de la laisser au marché des aventuriers jouant à quitte ou double. Le rassemblement des fonds nécessaires à la constitution d'un acteur assez important pour gagner régulièrement sera une barrière naturelle à l'entrée sur ce marché; mais pour préserver la prime comme leur, les gagnants réguliers devront constamment élever la barre de la compétition et la barrière à l'entrée de leur marché; ils investiront beaucoup en marketing et en développement: contrôle de l'opinion via la presse, la télévision, l'éducation, les syndicats, les groupes d'intérêts, etc. Presque tous les revenus de ces firmes, prime de risque incluse, seront donc dépensés en infrastructures et activités de lobbying, chaque firme tentant de passer et rester au-dessus des autres, et l'ensemble de l'establishment tentant de se préserver de la concurrence potentielle. Un marché à risque comme celui du lobbying politique verra donc croître des structures spécialisées dans la gestion du risque, compensant les échecs par les succès, et répartissant les risques sur de nombreux projets de lobbying. Les agences de consultance en lobbying sont de telles structures; mais ce qui est plus important, les partis politiques et les syndicats sont de telles structures. Et ce qui n'est pas moins important, l'organisation monodimensionnelle et quasi-bipartite de la politique dans une démocratie est une telle structure. Même la débrouillardise de citoyens petits et grands pour agir face à l'administration — ou dans son dos — n'est pas moins une telle structure.

Un corollaire intéressant de cette Loi est que le rendement marginal moyen amorti de l'activité de lobbying politique ne sera pas plus élevé que dans d'autres activités. En d'autres termes, en moyenne, les gens qui vivent du racket politique vivraient tout aussi bien en travaillant dans des activités productives qui enrichiraient la société plutôt que dans celle-ci qui l'appauvrit. Cependant, un autre corollaire est qu'une industrie du lobbying se développe qui demande des coûts énormes en investissements à fonds perdus en terme d'infrastructures, compétences, présence marketing, engagement psychologique personnel, etc. Ainsi, bien que tout ce racket soit un gigantesque gâchis pour tous en moyenne, il est marginalement rentable pour tous ceux qui bénéficient de ces infrastructures de poursuivre le racket. Et bien sûr, dans tout ce qui concerne l'Action Humaine, ce sont les décisions marginales qui comptent.

Ce qui sous-tend ce second corollaire est le fait que tous les coûts du lobbying sont dépensés en avance de toute aide directe ou indirecte de l'état effective pour quiconque. Avant qu'un groupe gagne quoi que ce soit à ce jeu, les lobbyistes de ce groupe et des groupes rivaux auront misé des sommes ayant une valeur (presque) égale à ces aides, en plus du paiement effectif de ces aides (et des frais administratifs) par les contribuables. Et ne croyez pas qu'après une phase initiale de lobbying à fonds perdus, les gains pour un groupe ciblé par la protection gouvernementale cesseront d'être mis en regard de coûts pour les bénéficiaires de cette aide. Car les coûts d'entrée dans la catégorie des bénéficiaires augmenteront aussi vite que les gains: les loyers augmenteront à mesure que le logement sera subventionné, et le niveau des prix dans une zone s'élèvera aussi vite que le niveau général des aides étatiques. Les queues, la pénurie, la qualité réduite, l'incertitude, l'insécurité, la montée des prix sur le marché véritablement libre (marché noir), seront les conséquences inévitables du contrôle des loyers ou des prix. De plus, des édits gouvernementaux peuvent défaire ce que d'autres édits gouvernementaux ont fait, et l'inflation induite par l'intervention étatique fera lentement mais sûrement sombrer dans l'insignifiance toute aide; un lobbying soutenu est donc nécessaire comme activité permanente pour maintenir et élever le niveau des aides. Autrement dit, il n'y a aucun espoir de gain réel pour le public par aucune intervention de l'État.

Bien sûr, dans le jeu de dupe de la redistribution des ressources, il y aura des gagnants nets et des perdants nets; nous l'avons déjà établi dès le début de nos propos. D'une certaine façon, le marché politique est une grosse loterie — et cela rend la chose d'autant plus ironique qu'encore une fois, les collectivistes accusent le marché libre d'être une loterie, alors qu'il n'en est pas une et que leur système en est une. Mais ce qui importe le plus est que le jeu de la Politique est un jeu à somme négative dont le coût total pour la société est directement mesurable par l'ensemble des avantages visibles pour les privilégiés. À chaque dépense du gouvernement correspond un dommage global pour la société exactement équivalent en valeur à ladite dépense, excepté pour une petite part qui ne profite qu'aux politiciens. C'est la fameuse règle de la double incidence de la perte qui est bien connue depuis le dix-neuvième siècle comme s'appliquant au protectionnisme (voir ce texte de Bastiat), mais qui s'applique tout aussi bien à toute forme d'État-providence. Nous voyons donc que la leçon unique de l'Économie Politique, ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas, s'applique à toutes les formes d'intervention politique. Et cette loi de la praxéologie est valide même quand vous n'arrivez pas à imaginer quelles ressources ont été détruites en correspondance d'une intervention particulière.

Maintenant, de même qu'une aide n'a pas besoin d'être une dotation directe en monnaie, mais peut prendre la forme d'un service arbitraire, les coûts pour les lobbyistes peuvent fort bien être non monétaires. Par exemple, pour bénéficier de soins de santé gratuits, les gens devront faire la queue pendant des heures, et subir des soins de qualité toujours décroissante, jusqu'au point où le coût de ce gâchis en temps et en santé atteindra dans leur évaluation subjective la différence de prix avec les soins sur ce qu'il reste de marché libre (différence elle-même créée et élargie par l'intervention politique). Pour bénéficier de l'éducation gratuite, les gens devront supporter le lavage de cerveau politique et les méthodes et programmes désastreux qui sont monnaie courante dans les écoles étatiques. Pour bénéficier de l'aide aux pauvres, les gens devront prendre soin de devenir pauvre et de supporter la dureté de le rester. Le paiement des juges et avocats par l'État ne réduit pas ce que les parties sont prêtes à payer pour gagner leur procès et qu'elles finiront par payer à leurs avocats ou à subir en qualité de service réduite; cette subvention indirecte aux avocats sera à son tour payée par les avocats prospectifs comme élévation de la barrière à l'entrée à leur profession, etc.

Toutes les réglementations gouvernementales introduisent le chaos. Pour bénéficier des subventions sociales, vous devez vous conformer aux normes imposées, respecter les règles édictées, remplir les critères de l'administration. Au mieux, des gens sont payés avec de l'argent et des ressources qui ont été volés à d'autres pour obéir aux ordres qui leur sont donnés par le système politique, au profit des chefs politiques petits et grands — ils paient pour leurs subventions en terme d'obéissance et de soumission ce qu'ils auraient pu monnayer tout aussi bien sur un marché libre — sauf que sur un tel marché libre, les acheteurs auraient été des créateurs productifs et non pas des pillards destructeurs. Pour illustrer ce point, considérez que pour gagner le statut d'insouciance d'un fonctionnaire inamovible, les candidats sont en concurrence via des concours et autres moyens de recrutement; ils devront supporter des petits chefs mesquins tout aussi inamovibles, ainsi qu'un environnement où les choses ne sont pas faites et où nul n'est responsable que de maintenir l'establishment en place. Ils devront ou bien devenir partie intégrante du système, ou bien perdre l'enthousiasme de leur travail et devenir des zombies blasés, ou bien même finir en dépression ou partir dégoûtés; dans tous les cas, ils paieront leur confort matériel et psychologique par la perte de leur âme.

Il n'y a pas un seul avantage gratuit qui ne soit payé par le bénéficiaire prospectif d'une façon ou d'une autre, en double de l'addition payée par le contribuable. Et les coûts du lobbying retombent sur le bénéficiaire plutôt que sur ses concurrents malheureux à raison directe de la certitude de cette prospective. En d'autres termes, les forces du marché font usage de toute l'information disponible sur les aides pour restaurer le prix réel des services; ainsi, sur le long terme, même les bénéficiaires de l'État-providence n'échappent pas au coût des services qu'ils reçoivent gratuitement. Un Repas Gratuit, Y A Rien De Tel. Mais il y a bel et bien un gigantesque gâchis de ressources par le jeu de dupe appelé Politique.

La conclusion de cette triste histoire est que la Politique ne peut jamais clairement apporter un avantage à quiconque sinon à ceux qui se font politiciens professionnels, petits et grands, et qui vivent des ressources que d'aucuns dépensent en lobbying et espèrent recevoir ou continuer de percevoir comme aides diverses. Rien de nouveau sous le soleil. En fin de compte, les revenus sont associés à leurs facteurs de production, et cette loi économique est valable en politique comme ailleurs; ceux qui espèrent qu'ils bénéficieront de la magie de l'action gouvernementale sans rien faire ne gagneront en fait rien; ceux qui gagneront effectivement à l'action du gouvernement seront les producteurs de cette illusion qu'est la Providence de l'État: les politiciens, syndicalistes, lobbyistes, faiseurs d'opinion, putes médiatiques, etc. Et la seule solution à la perpétuation de ce gâchis humain est d'éduquer les humains, un par un, pour qu'ils arrêtent de tomber dans le même panneau.

PS: Pour ce qui est du nom de cette loi, les illustres économistes Bitur et Camember qui lui ont donné leur nom sont en fait les protagonistes d'un ouvrage du XIXème siècle dont l'auteur se cache sous le nom de Christophe (un brillant choix de pseudonyme pour M. George Colomb). Vous pouvez consulter sur mon blog l'extrait dudit ouvrage qui illustre cette loi par laquelle les coûts de l'action de l'état peuvent être déplacés et déguisés en coûts de nature différente sans rapport évident avec leur origine, mais restent mécaniquement et inévitablement liés à cette action, combien même d'aucuns seraient trop bêtes pour le comprendre.

Comments

(Anonymous)

Bitur - Camember

Ta loi est édifiante; et elle a une portée qui dépasse ce que tu sembles capable d'imaginer.
Je vais te donner un exemple que tu comprendras peut-être, si bête soit-il.
La société A est un modèle de production libérale. Elle a donc le vent en poupe et souhaite s'agrandir. Elle décide d'acquérir son propre immeuble, se constitue Maîtrise d'Ouvrage et lance une consultation, pour un montant X. Les sociétés B, C,..., W, toutes Maîtrises d'Oeuvre ouvertes à la saine concurrence, engagent respectivement les montants b, c, ..., w, espérant remporter le marché et, partant, la somme X. Attribuons le marché à B: quid de z=c+d+...+w? dissipé! Et je demande à voir comment tu vas majorer z.
Moralité: en vertu de la loi Bitur-Camember, Concurrence=Dissipation dans un système libéral.
Autre moralité: n'applique qu'à l'Etat ces lois à caractère universel, et conclue sans sourciller, ça peut marcher...

Re: Bitur - Camember

Ton exemple montre qu'effectivement, une partie des bénéfices attendus par les fournisseurs sera dissipée en marketing. Mais cette partie est précisément bornée par la marge de bénéfice attendue. Cette marge est elle-même bornée par la différence de coûts (d'opportunité) entre les différents fournisseurs. En fin de compte, il n'y a à gagner par le marketing que pour les fournisseurs qui par ailleurs savent satisfaire leurs clients mieux que leurs concurrents, sans que les clients ne l'eussent su sinon. Bref, le marketing est rémunéré à sa capacité d'informer les clients de meilleures opportunités. C'est un service financé à hauteur de la création de valeur attendue, comme tout service.

Ce que tu appelles "dissipation" n'en est donc pas. C'est la rémunération d'un service positif, et non pas la destruction de quoi que ce soit. Ce service participe d'un jeu à somme positive, l'échange volontaire entre client et fournisseur. En aucun cas le marketing ne peut bénéficier à l'un au détriment de l'autre. Il ne peut que bénéficier aux deux en permettant au client de trouver une solution qui lui convient mieux que celle qu'il aurait trouvée sinon.

Bref, tu sens bien l'universalité du raisonnement sous-jacent. Mais tu sembles ne pas faire la différence entre jeu à somme négative et jeu à somme positif. La différence entre positif et négatif, entre bon et mauvais, est pourtant le B.A.-BA de tout raisonnement économique, voire de tout raisonnement.

(Anonymous)

Re: Bitur - Camember

Je reconnais bien n'avoir pas fait le distingo entre "marketing" et "lobbying" dans mon exemple. Toutefois deux points de ta réponse appellent un eclaircissement.

D'une part, "il n'y a à gagner par le marketing que pour les fournisseurs qui par ailleurs savent satisfaire leurs clients mieux que leurs concurrents, sans que les clients ne l'eussent su sinon". Il y a aussi à gagner pour les fournisseurs qui sont incapables de satisfaire leurs clients mieux que leurs concurrents, sans que les clients ne l'apprennent jamais. L'impact "à somme positive" du marketing sur la création de valeur me semble dès lors tout-à-fait discutable.
Dans la même veine: "Le marketing est rémunéré à sa capacité d'informer les clients de
meilleures opportunités". C'est un voeu pieu. Il est aussi rémunéré à sa capacité à tromper les clients dans leur processus de choix. Tu me diras que je confonds encore "marketing" et "lobbying"; je pourrai te répondre qu'ils ne sont pas disjoints.

D'autre part, ta vision d'un réseau d'échanges et de transactions dans lequel le "marketing à somme positive" permettrait le tranfert des marchés vers les entreprises les plus créatrices de valeur est séduisante; nous souhaitons tous la même chose. Mais au sein du même système, fût-il idéal, le "lobbying à somme négative", qui perturbe la distribution de ces marchés, n'a aucune raison d'avoir disparu. Les cas de corruption, trafic d'influence et autres aberrations néfastes sont loin d'être une exclusivité d'élus. Pourquoi refuses-tu aux agents de production et de services la propension à la turpitude que tu accordes si promptement aux agents de l'Etat?

A vrai dire, c'est surtout ce second point qui me retient dans mon adhésion à certaines des idées que tu véhicules; le premier point étant probablement soluble dans un peu de rigueur et une ou deux définitions.

Le clivage imbécile public/privé

1) Les clients trompés apprennent. On ne fait pas un business stable à long terme et à grande échelle par la tromperie. Le marketing qui marche n'est pas tromperie. Cf. le blog de Don Boudreaux. Le marketing participe du processus de découverte d'information, processus qui est un JEU A SOMME POSITIVE. Remplacer le marketing libre par des querelles d'experts aux bottes imposés n'est certes pas une amélioration. Le ministère de l'information, le monopole lyssenkiste des sciences, les ciseaux d'Anastasie, etc., on a donné merci.

2) Tu projettes sur moi tes propres catégories étatistes nauséabondes. La fallacieuse distinction public/privé n'a jamais intéressé les libéraux; seule la distinction libre/contrainte est pertinente. Voir mon article sur le raisonnement économique (lire notamment la section 11, mais ce qui précède amène le contexte indispensable). Tu confonds loi et droit et crois que l'état incarne le droit, que l'absence de loi est absence de droit. Erreur. Think again. Le libéralisme, c'est le règne du Droit. Qui s'applique à tous, sans qu'il existe de distinction pertinente "public/privé".

(Anonymous)

Re: Le clivage imbécile public/privé

>On ne fait pas un business stable à long terme et à grande échelle par la tromperie. Le marketing qui marche n'est pas tromperie.

On peut trouver des contre-exemples. Rien que dans l’industrie alimentaire, et à la volée : sodas « light » qui rendent obèse, fast-foods malsains, agriculture « biologique »… Autant de tromperies stables et à grande échelle. Produits hautement « markettés » et important recours à la publicité. S’agit-il selon toi d’une industrie « libre » ou « parasitaire » ?

>Remplacer le marketing libre par des querelles d'experts aux bottes imposés n'est certes pas une amélioration.

Je ne propose rien de tel. Read again.

>La fallacieuse distinction public/privé n'a jamais intéressé les libéraux; seule la distinction libre/contrainte est pertinente.

Soit. Supposons que nous soyons dans un système libre non contraint (c’est du reste la condition de mon exemple). Je reformule mon objection : dans un tel système, le "lobbying à somme négative", qui perturbe la distribution des marchés, n'a aucune raison d'avoir disparu. La dissipation demeure.

>Tu confonds loi et droit et crois que l'état incarne le droit, que l'absence de loi est absence de droit.

Je ne suppose absolument pas l’existence de la loi, encore moins celle de l’Etat.

Re: Le clivage imbécile public/privé

J'ai lu d'horribles choses sur l'abus de sodas light -- comme sur l'abus de pas mal de choses -- mais (1) ces choses n'incluent pas l'obésité, et (2) je ne vois pas en quoi faire de la retape implique responsabilité sur les gens qui abusent ou se trompent. Sur les fast-foods, ils sont bien plus sains que les sandwiches immondes et hors de prix de la plupart des bars/tabac/brasserie; ils sont un grand progrès et certainement pas une tromperie. L'agriculture biologique bénéficie certes de la publicité des mystiques anticivilisateurs, mais je ne vois pas en quoi elle constitue une tromperie non plus. Bref, vouloir "sauver les consommateurs d'eux-mêmes", ce n'est rien d'autre qu'un prétexte pour leur imposer tes propres goûts.

Quant à ce que tu peux proposer, je te mets en garde: si tu prétends que quiconque ait le pouvoir de décider à la place d'un consommateur qu'il a acheté contre son gré, alors tu fais de cette personne un tuteur tyrannique. Et tu ne peux pas acheter et prétendre avoir été trompé si tu savais parfaitement à l'avance ce que tu achetais. Bref, le droit s'applique déjà aux ruptures de contrat, et en dehors de ça il n'y a rien à "proposer" pour limiter le marketing, sauf à poser le caractère bienveillant et protecteur d'êtres supérieurs les zomdelétas.

Pour finir, tout "potentiel psychologique" (pour reprendre le terme de Raymond Ruyer) appelle son lot de parasites -- c'est la loi générale d'où découle la loi de Bitur-Camember. La liberté ne fait certes pas disparaître magiquement ces parasites; elle ne les fait pas apparaître non plus. La liberté restaure la responsabilité des individus sur leurs propres décisions. Liberté religieuse, ou prohibition des sectes? Toutes les religions (sauf une, au plus) sont des "tromperies"; cela ne justifie aucunement l'usage de la force pour "protéger" les croyants de leur propre crédulité.

Pour détromper comme pour tromper, il n'y a pas de substitut à l'éducation et/ou à la propagande. Ceci, les zomdelétas l'ont parfaitement compris. C'est pourquoi ils dépensent une grande partie de leur butin au contrôle de l'éducation et de l'information.

(Anonymous)

Re: Le clivage imbécile public/privé

>Sur les fast-foods, ils sont bien plus sains que les sandwiches immondes et hors de prix de la plupart des bars/tabac/brasserie;

Le hamburger-frites plus sain que le jambon-beurre, on peut contester…

Qui trompe, qui est trompé ? L'obèse qui boit encore de la limonade « diet » exerce sa liberté, et doit en assumer seul les conséquences, bien sûr. De même, le fumeur qui tombe malade. Que penses-tu de l’obligation faite aux cigarettiers de mentionner le danger auquel s’exposent leurs clients ? Est-ce une restriction de liberté ?
Faut-il autoriser la consommation de drogue ?

Par ailleurs, sans aller jusqu’à la dénonciation de préjudice, quel sens accorder à un producteur de yaourts qui filme un footballeur célèbre pour vendre plus ? Quel crédit pour un fabricant de savon qui photographie une actrice de cinéma dans sa baignoire? Personne n’est ici contraint d’acheter mais : quelle est la valeur ajoutée de ce marketing-là, le plus courant ? Comment expliquer le succès de cette méthode, les sommes colossales investies en réclame de toute espèce, sans prendre acte du fait qu’un client peut être durablement trompé ?

>Bref, vouloir "sauver les consommateurs d'eux-mêmes", ce n'est rien d'autre qu'un prétexte pour leur imposer tes propres goûts.

Bien d’accord. De façon symétrique, prétendre « informer les consommateurs » au moyen de packages bariolés, publicités, matraquages, tapages et tumultes, ce n’est rien d’autre que vouloir imposer son propre produit, pour son seul bénéfice.

>Quant à ce que tu peux proposer, je te mets en garde

Pour être tout-à-fait franc, je n’ai rien à proposer. Ton article, parmi d’autres, m’a intéressé, je raisonne pour le seul plaisir de convaincre ou d'être convaincu...

>limiter le marketing

Faute de pouvoir le limiter, faut-il s’abstenir de le critiquer ?

> tu ne peux pas acheter et prétendre avoir été trompé si tu savais parfaitement à l'avance ce que tu achetais.

Certes. Ce qui ne signifie pas que le marketing réalise la condition.

>La liberté ne fait certes pas disparaître magiquement ces parasites

C’est tout le contenu de mon scepticisme. Y a-t-il lieu d’en tirer des informations sur d’éventuelles limites au libéralisme (le vrai) ? Et enfin, s’il n’y avait pas de parasite, l’Etat spoliateur existerait-il ? Quel est le problème premier ?

>les zomdelétas l'ont parfaitement compris. C'est pourquoi ils dépensent une grande partie de leur butin au contrôle de l'éducation et de l'information.

Ne vois-tu aucun parallèle avec les budgets dévolus au marketing ? L’achat de vecteurs média (presse, télévision, …), en toute liberté, par des groupes financiers ou industriels ? Quelle est la réponse du libéralisme à ces mainmises ?

(Anonymous)

Re: Le clivage imbécile public/privé

> Le hamburger-frites plus sain que le jambon-beurre, on peut contester…

oui ! et je suis le premier à le dire... cela dit... une fois que tu as goûté à un hamburger, rien ne t'empêche de ne plus en manger si tu estimes ça malsain... En plus, avant que tu en meurres, tu as le temps de voir les effets sur ton organisme.

______

> Qui trompe, qui est trompé ? L'obèse qui boit encore de la limonade « diet » exerce sa liberté, et doit en assumer seul les conséquences, bien sûr. De même, le fumeur qui tombe malade. Que penses-tu de l’obligation faite aux cigarettiers de mentionner le danger auquel s’exposent leurs clients ? Est-ce une restriction de liberté ?
Faut-il autoriser la consommation de drogue ?
Euh... Disons que le vendeur sachant que son produit est nocif à long terme, devrait, en toute honnêteté, le préciser.
Mais là encore, le fumeur va bien s'apercevoir des effets sur son organisme, à un moment ou à un autre.
Pour la limonade Diet, ton argument tiendrait, si seulement l'obèse ne buvait que ça... mais il s'empiffre souvent à côté :s

Pour la drogue, objectivement, il n'y a aucune raison de l'interdire si les gens sont prévenus des conséquences... Après tout, qui serions nous pour leur interdire ceci ?

_____________________

> Par ailleurs, sans aller jusqu’à la dénonciation de préjudice, quel sens accorder à un producteur de yaourts qui filme un footballeur célèbre pour vendre plus ? Quel crédit pour un fabricant de savon qui photographie une actrice de cinéma dans sa baignoire? Personne n’est ici contraint d’acheter mais : quelle est la valeur ajoutée de ce marketing-là, le plus courant ? Comment expliquer le succès de cette méthode, les sommes colossales investies en réclame de toute espèce, sans prendre acte du fait qu’un client peut être durablement trompé ?

C'est basé sur le mécanisme de preuve sociale. En effet, c'est décalé par rapport au produit... Mais rien ne force les gens à en racheter s'ils ne sont pas satisfaits, là où une fois contraint par un groupe de lobbying, tu ne peux plus vraiment t'en détacher.


> Bien d’accord. De façon symétrique, prétendre « informer les consommateurs » au moyen de packages bariolés, publicités, matraquages, tapages et tumultes, ce n’est rien d’autre que vouloir imposer son propre produit, pour son seul bénéfice.

Certes, mais là encore, personne n'oblige à acheter, ni à racheter...


> C’est tout le contenu de mon scepticisme. Y a-t-il lieu d’en tirer des informations sur d’éventuelles limites au libéralisme (le vrai) ? Et enfin, s’il n’y avait pas de parasite, l’Etat spoliateur existerait-il ? Quel est le problème premier ?

Bien sûr qu'il y a des limites au libéralisme : les libéraux ne légitiment pas les agressions... Pourtant, pour survivre, tu es bien obligé de tuer un animal, ou un végétal...

Pour l'état... Ce que tu dis revient à dire : "si y'avait pas de parasites, est-ce que le parasite qu'est l'état spoliateur existerait ?"

si y'avait pas de chocolat, est-ce qu'on en mangerait ?

la réponse peut sembler évidente....

(Anonymous)

Re: Le clivage imbécile public/privé

>Euh... Disons que le vendeur sachant que son produit est nocif à long terme, devrait, en toute honnêteté, le préciser.

Le concept d'honnêteté est inattendu.
Qui décide de ce qui est "honnête"? ...toi? quelqu'un d'autre?
Que fais-tu pour que tout le monde devienne "honnête"? ...des lois? ou peut-être crois-tu que tout le monde est déjà "honnête"?

>Certes, mais là encore, personne n'oblige à acheter, ni à racheter...

Un mensonge sans valeur ajoutée qui n'oblige à rien est un mensonge sans valeur ajoutée.

>la réponse peut sembler évidente....

Méfie-toi de ce qui te semble évident...
eyes black and white

April 2017

S M T W T F S
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Tags

Powered by LiveJournal.com