?

Log in

No account? Create an account
eyes black and white

Deconstructing Democratism / Déconstruire le démocratisme

It's amazing how well official propaganda works. Dare to suggest that parliamentary democracy might not be the ultimate political regime, and you will have the same ready-made responses, that must have been endlessly repeated to turn out identically in the heads of millions of Westerners. These responses require no thought, quite the contrary: they are defensive reflexes and are used precisely to prevent any reflection; they are methods of Orwellian crimestop, allowing one to avoid any thoughtcrime against official orthodoxy.

First, of course, among the semi-cultivated, there is the argument from authority, consisting in quoting Churchill saying "democracy is the worst form of government — except all the others". The advantage is that the quote being a joke, you'll be condescendingly accused of lacking a sense of humor if you dare to take it seriously enough to criticize it, but you will be part of the merry band of intelligent and witty people if you take it seriously as an argument from authority and abandon all critical thinking.

In the tradition of Churchill, of course there is Godwin's Law. If you dare to criticize democracy, you are ipso facto a supporter of dictatorship, of National Socialism, of Communism, or of any other bogeyman that you'll have failed to profusely denounce as a prerequisite to any negative comment on democracy. It doesn't matter how such a denounciation, since it doesn't address a belief held by the other person, would therefore have been irrelevant to the debate. Any criticism of democracy that does not start with confirming in advance democracy as the pinnacle of political regimes is sacrilege. It will then be fashionable to dismiss any opinions that you may issue out of their supposed association to damned ideologies. However much you may deny any commonality with these ideologies, you will be convicted of being one with these Enemies of Democracy and of everything Good. Little does it matter if your opinions either are universal common sense ("you say that 2 plus 2 is 4? That's exactly what was taught in schools in the Third Reich!" — Sure, but...), or are in direct opposition to all these totalitarian ideologies ("Capitalism? Hitler supported it!" — oh, really?) for what matters in this slander is not any logical validity of the anathema, but the permanent outcasting of dissidents with a scarlet letter.

Implicit in the reductio ad hitlerum of course, is the argument that "We (Western democracies) have fought the devil, therefore we're the good guys, whereas those who oppose us root for the devil." Now, of course, Hitler was not the devil, and his enemies were not angels. For instance, Stalin, his enemy (in the later years), slaughtered many more innocent victims than Hitler; his feud with his former ally didn't make an angel out of him. And if the lateness of this enmity disqualifies Stalin as a counterexample, then read the rather admiring (although reserved) words in Churchill's pre-war biography of Hitler. In short, as a logical argument, it is all worthless. Instead, it is an appeal to emotion, the purpose of which is to stifle any reason. It's all about using association to friends and dissociation from enemies to project a manichean binary framework between democracy and non-democracy, and to force the listener to choose sides via emotional blackmail.

Equally implicit in the reductio ad hitlerum and its variants, is the criterion that since life is sweeter in modern Western democracies than in Nazi Germany, Communist North Korea or any other exposed regime, "democracy", a concept never clearly specified, is the best regime in the world. That's setting the bar very low for judging democracy and ascribing it political perfection, whereas at the very same time one seems to require of any rival idea that it should have already achieved heaven on earth before to grant it a hearing. Again, a double-standard typical of crimestop: all arguments are good to justify orthodoxy and to reject heterodoxy; and you should never apply an argument universally to all the positions in the dispute, but only eristically to those theses you want to either promote or defeat.

Besides, if one looks deeper, is it indeed democracy that makes these western countries so free and prosperous? Or is democracy instead a parasite that preys upon the freedom and prosperity of these countries, and slowly destroys them? Could this explain why democracy is a clear failure in all other countries where it has been tried, that didn't possess a tradition of freedom and prosperity, that preceded or overrode said democracy? Such suggestions will horrify the true believer. In the era of anti-racism and cultural relativism, one might as well suggesting that these other countries are voting wrongly because they are populated with wogs, niggers and chinks. Yet, since genetic and cultural differences by a democratic axiom cannot affect the fate of a country, the only possible explanation for differences in outcomes is the abundance or dearth in these countries of Democracy, a rare and mysterious substance that has to be cultivated, or the intervention of some foreign power, whether beneficial or detrimental, whether overt or covert. To the faithful, if democracy fails everywhere it has been attempted outside of the West, whether in Russia, Algeria, Zimbabwe, Palestine, Venezuela, Malaysia or anywhere else, and if it isn't faring so well even in the West itself, this by definition can never be a problem with Democracy (always with a capital D), but rather must be a problem of lack of democracy. Maybe an American savior should come to bring actual democracy; or perhaps an anti-American savior; but anyway, we need a savior or some other providential man to stop the damages by seizing the reins of power despite the appalling outcome of the polls. If people vote wrongly, whether they are deemed to be either too far to the left or too far to the right, fanatically religious or fanatically anti-religious, overly racist or sold to foreigners, too partisan or too unprincipled, it cannot possibly be because democracy is based on absurd premises and perverse incentives; it must be because there is not enough democracy.

I would like someone to give me a democrat-o-meter to measure the degree of democracy of a nation. Do you tally the frequency of elections? The rate of voter participation? The number of factions vying for power and the frequency of their alternation in power? Do you count positively the radical divergence in opinions between these opposing factions that reflects how conflicting interests tear the country apart, or rather the consensus of these factions by which voters are deprived of any real choice? Is it more democratic when the beloved leader has unanimous electoral support, or when there is a widely shared disgust towards the ruler who was just barely preferred to his defeated rival? Oh, suddenly I see some people measuring the degree of "democratic" health of a country by watching whether there is freedom of expression and action, or whether arbitrary political and administrative powers are oppressive to all when applied to all by the letter, and are corrupt when applied selectively against the weak while sparing the friends of the powerful. But what relationship does that bear with democracy as a political system? None whatsoever. Provided that such criteria actually measure the health of a country, they measure its degree of respect for individual freedom, of libertarianism, and not of "democracy" at all.

If you can neither say what you think nor do what you want, then it becomes very important to determine who is in power, whether elected or unelected. But if you are free from any interference from them, what do you care for the titles of elected or unelected clowns? A country where the very same president is always elected, at the head of his party that controls the country, is very democratic. But it is not free. The Establishment of such a country has a closer grip on society than that of a western country, and uses that grip awkwardly and violently; this doesn't mean that this government does not result from an election "there", or that the Establishment does not firmly control all power "at home". Ultimately, what matters is not so much to know by what technical means a person got in office, but whether that person has the power to impose on you what you do not want; the problem is not the method to determine the holders of political power, the problem is political power itself. Then what magic does democracy bring to the table? And besides, what is it that we call democracy?

For confusion abounds as to what democracy is. Democracy is Good by definition, by axiom. To be opposed to Democracy, is evil by the same axiom. Anyone who'd dare have a critical look at this axiom is ipso facto a dogmatic ideologist, who necessarily holds a variant of some nauseating ideology, all of which are universally condemned. (Note that when opinions differ from the official orthodoxy, they constitute an ideology; whereas the official orthodoxy is nothing like an ideology, it is simply the obvious truth that all sane people recognize as such.) And since no one is allowed to examine Democracy with a critical mind, what exactly Democracy is remains unclear: authoritarian axioms and ready-made sentences do not mix well with an understanding of what the familiar words may mean; constantly repeated in the right order, they make "sense" but as a mantra uttered to ward off Evil. Therefore, Democracy is a Good, let's admit it; but what kind of Good is it?

Is it an electoral principle? Then if there are ballot boxes and they are properly used, according to one of the hundreds of variants listed, then a democracy it is... and if the result is that Robespierre, Napoleon, Hitler, Allende, some Islamic radicals, Putin, Mugabe or any other infamous ruler is elected, it will necessarily mean that someone has rigged the election, which was stolen, or manipulated the campaign, which has been distorted — because the people are infallible and democracy is working by definition; only a devious plot can lead to a bad outcome at the end of the polls.

Or is Democracy a partisan principle? If the men in power are singing the praises of democracy, then a democracy it is. If instead they fail to avail themselves of the democratic ideology, then they are not authentic democrats. Even though a majority would vote for them, it would be the result of manipulation, a "false consciousness". Genuine democrats seek to satisfy the People, their opposition is made but of populists who casually appeal to the basest instincts of the rabble. If the people vote wrongly and the authentic democrats are not elected, therefore by definition there is not enough democracy. Long live the party that calls itself democratic independently from election results, and even whether or not there are elections worthy of the name, the Party's stranglehold on elections is but a remedy to the lack of democracy among the population.

Or is Democracy a transcendental principle? By a quasi-divine mystery, the outcome of the polls transsubtantiates into the Will of the People. Not anymore is it the mere expression by a plurality of voters of a thin preference among a limited set of alternatives being presented to them; it has become the very Will of the People, a mandate by which the elected candidate is made the representative of all the inhabitants of his country or district, even those who feel betrayed by his decisions, even those who only voted for him by default, even those who voted against him, even those who did not vote, even those who do not have the right to vote, even those who arrived after the election, even those who are not "citizens". By this mandate, he possesses a power of attorney from all these people, and can make decisions on their behalf that will affect them all, and all their descendants and successors for aeons to come. The result is good and right and none of them has anything to complain about since it is "them" who elected him. If democracy has a bad outcome, then "the people" was being bad and deserves it.

We can combine these principles: the people is never better served but by the People's Party, which though it sometimes loses against the party of populist demagogues, nevertheless expresses the genuine Will of the People, which it can read despite the electoral manipulations by the Anti-People. Thus, Democracy justifies the arbitrary power of the unelected irremovable bureaucracy of the Public Service, which power is unlimited since it reflects the Will of the People, transmitted by elected politicians, despite those from the wrong party, in a second Mysterious Transubstantiation. The authentic democrats are thus the experts with their heart on their sleeve who guide the people despite the inclinations of the outcome of the polls.

In short, whatever you say, ultimately, Democracy is Good, all Good things are born out of democracy, all authentic democrats are good at heart, and all good people are authentic democrats. The enemies of democracy are all villains, and all villains (including voters from the wrong side) are actually enemies of Democracy (authentic Democracy); they should not be allowed to present such candidates, or remain unpunished as they repeat anti-democratic slogans, there should be limits to Evil. After all, democracy is the "government of the people, by the people, for the people", whatever that can possibly mean, and the people is Good. To pronounce oneself against democracy, is akin to declaring oneself against the people; it is therefore identical to calling for mass slaughter of the people in a vast genocide.

The word "Democracy" of course not the only word to reign indisputable and undisputed among the labels of what is considered Good by definition, after dethroning the word "God" and religion. For example the word "Republic" is just as sacred. The book "The Republic" by Plato can and should be worshipped by the very virtue that its title (as traditionally translated into modern English) is this sacred word, regardless of its contents consisting in proposing a totalitarian, sexist, racist, rigid system of casts and slavery; if the name is Good, everything is Good. "Citizen", "Social", "Community" rank high as well. You can quite easily identify the keywords that axiomatically denote Good or Evil.

Therefore, in conclusion, I refrain from criticizing Democracy at all. Democracy is Good. By definition. To suggest otherwise involves speaking a language as foreign to contemporary English as blaspheming against the One Church would have been alien to the English of not so long ago. No. I'm speaking English. I will not fight over words. I accept the words. Now I'm fighting on their meaning. And so, of course Democracy is Good. A Republic is Good. Any anti-democratic tendency is Evil. Fostering citizenship and social responsibility among our communities is Good. Now, I precisely find this entire electoral process quite undemocratic, you see; the world would be more democratic, the people would have more power, if each and every citizen could directly influence the decisions of society in direct proportion to his own contributions, without going through a monopoly of politicians and bureaucrats. What I'm fighting in the current regime is obviously not Democracy, which is Good, but a misleading appearance of democracy; it is of course not the Republic, which is above everything, but what only usurps the name "Republic". And that's why I am especially not proposing to fight democracy, but I am instead proposing to regenerate it and to promote citizenship. Long live democracy, authentic democracy, democracy with a small d!

Note: I wrote this article in 2010, but it was published in a French libertarian webzine in May 2012, and I subsequently translated it from French to English, as prompted by this flamewar on Google+. Many thanks to my wife for her proof-reading.

 

C'est fou comme la propagande officielle est efficace. Osez suggérer que la démocratie parlementaire pourrait ne pas être le nec plus ultra des régimes politiques, et vous aurez les mêmes réponses toutes faites, qui ont dû être inlassablement répétées pour rentrer ainsi identiques dans les têtes de millions d'occidentaux. Ces réponses ne nécessitent aucune réflexion, bien au contraire: ce sont des réflexes défensifs; ils servent justement à interdire toute réflexion; ce sont des méthodes d'arrêtducrime orwellien, permettant d'éviter tout crimepensée contre l'orthodoxie officielle.

Tout d'abord, il y a bien sûr, chez les semi-cultivés, l'argument d'autorité, avec la citation de Churchill "la démocratie est le pire des régimes — à l'exception de tous les autres". L'avantage est que la citation étant une boutade, on pourra vous accuser avec condescendance de manquer d'humour si vous osez la prendre au sérieux de façon critique; mais vous ferez partie de la joyeuse bande des gens intelligents et spirituels si vous la prenez au sérieux comme argument d'autorité pour abandonner tout sens critique.

Dans la lignée de Churchill, il y a bien sûr le point Godwin. Si vous osez critiquer la démocratie, vous êtes ipso facto un partisan de la dictature, du national socialisme, du communisme, ou de tout autre croquemitaine que vous aurez omis de critiquer profusément comme préalable obligatoire à tout commentaire négatif sur la démocratie. Peu importe qu'une telle critique, ne s'adressant pas à une croyance que possède l'interlocuteur, aurait été par là non pertinente au débat. Toute critique de la démocratie qui ne commence pas par confirmer d'avance la démocratie au pinacle des régimes politiques est sacrilège. Il est alors de bon ton de rejeter toute opinion que vous émettrez de par son association supposée aux idéologies damnées. Vous aurez beau nier partager ces idéologies, vous serez taxé de participer de leur dérive anti-démocratique. Et peu importe si vos opinions sont d'un bon sens universel ("vous affirmez que 2 et 2 font 4? Mais c'est bien ce qu'on enseignait dans les écoles du troisième Reich!" — certes mais…), ou ont été en opposition directe avec toutes les idéologies totalitaires ("le capitalisme? Hitler était pour!" — ah bon, vraiment?) car ce qui importe dans la calomnie, ce n'est pas tant la validité logique de l'anathème que l'entachement par la marque indélébile de l'hitlérie vaincue.

Implicite dans le point Godwin bien sûr, est l'argument selon lequel "Nous (les démocraties occidentales) avons combattu le diable, donc nous sommes du bon côté, et ceux qui sont contre nous sont pour le diable." Or, bien sûr, Hitler n'était pas le diable, et ses ennemis n'étaient pas des anges. Ainsi par exemple, Staline, son ennemi (sur le tard certes), a massacré bien plus d'innocents qu'Hitler; son inimitié avec son ancien allié n'en a pas fait un ange. Et si c'est le caractère tardif de cette inimitié qui disqualifie Staline comme contrexemple, lisez donc les mots plutôt admiratifs (quoique réservés) de Churchill sur Hitler dans sa biographie d'avant guerre. Bref, en tant qu'argument logique, tout cela ne vaut rien. C'est au contraire un appel à l'émotion dont le but est d'étouffer toute raison. Il s'agit, à coup d'associations et dissocations entre amis et ennemis, de projeter un cadre binaire manichéen entre démocratie et non-démocratie, et de forcer l'interlocuteur à choisir son camp par un chantage affectif.

Tout aussi implicite dans l'argument ad hitlerum et ses variantes, le critère selon lequel le fait que la vie est plus douce dans les démocraties occidentales modernes que dans l'Allemagne nazie, la Corée du nord communiste ou tout autre régime honni, fait de "la démocratie", concept jamais précisé, le meilleur régime au monde. C'est mettre la barre bien bas pour juger de la démocratie et lui attribuer la perfection politique, alors même que l'on semble exiger de toute idée rivale qu'elle ait déjà réalisé le paradis sur terre avant de lui accorder voix au chapitre. Encore une fois un deux poids, deux mesures caractéristique de l'arrêtducrime: tous les arguments sont bons pour justifier l'orthodoxie et rejeter l'hétérodoxie; et il ne faut jamais appliquer un argument universellement à toutes les thèses en présence, mais seulement éristiquement à celle que l'on veut favoriser ou contrer.

D'ailleurs, si on creuse, s'agit-il bien de la démocratie qui rend ces pays occidentaux si libres et prospères? Ou la démocratie ne serait-elle au contraire qu'un parasite qui se repaît de la liberté et de la prospérité de ces pays, qu'elle détruit lentement? Cela pourrait-il expliquer pourquoi la démocratie est un échec patent dans tous les autres pays où elle a été essayée, qui n'avaient pas de tradition de liberté et de prospérité antérieure et supérieure à ladite démocratie? De telles suggestions horrifieront le bon croyant. À l'ère de l'antiracisme et du relativisme culturel, autant suggérer que les autres pays votent mal parce qu'ils sont peuplés de bougnouls, de nègres et de chinetoques. Or, les différences génétiques et culturelles n'ayant par axiome démocratique aucune incidence sur le sort du pays, la seule explication possible est celle de la prévalence ou non dans ces pays de la Démocratie, substance aussi rare que mystérieuse qu'il faudra cultiver, ou encore l'intervention faste ou néfaste, patente ou occulte, d'une puissance étrangère. Pour le bon croyant, si la démocratie ne fonctionne nulle part où on l'essaie en dehors de l'Occident, que ce soit en Russie, en Algérie, au Zimbabwe, en Palestine, au Venezuela, en Malaisie ou ailleurs, voire si elle ne fonctionne pas si bien que ça en Occident même, cela n'est par définition jamais la faute de la Démocratie (forcément avec un D majuscule), mais au contraire d'un défaut de démocratie. Peut-être faut-il qu'un sauveur américain vienne apporter la vraie démocratie; ou peut-être un sauveur anti-américain; mais enfin, vivement un sauveur ou autre homme providentiel tout de même pour arrêter les dégâts en prenant les rênes du pouvoir malgré l'effroyable issue des urnes. Si les citoyens votent mal, qu'on les juge soit trop à gauche, soit trop à droite, soit trop religieux, soit trop anti-religieux, soit trop racistes, soit trop allophiles, soit trop partisans, soit trop dénués de principes, ce n'est pas parce que la démocratie est fondée sur des prémisses absurdes et des incitations perverses; c'est parce qu'il n'y a pas assez de démocratie.

J'aimerais bien qu'on me donne un démocratomètre permettant de mesurer le degré de démocratie d'une nation. Cela se compte-il à la fréquence des élections? À leur taux de participation? Au nombre de factions qui se disputent le pouvoir et à la fréquence de leur alternance au pouvoir? À la divergence radicale d'opinion entre ces factions opposées témoignant d'intérêts conflictuels déchirant le pays, ou au contraire leur consensus par lequel les électeurs sont privés de tout choix véritable? Au degré de soutien électoral au leader bien aimé, ou au contraire au dégoût avec lequel il est à peine préféré à son rival malheureux? Ah soudain, j'en vois mesurer le degré de santé "démocratique" d'un pays en regardant s'il y règne la liberté d'expression et d'action, ou si on y subit l'arbitraire politico-administratif qui opprime quand il est strictement appliqué, et par la corruption duquel les multiples détenteurs de ce pouvoir rackettent les citoyens quand ils acceptent sélectivement de les épargner. Mais quel rapport y a-t-il là à la démocratie en tant que régime politique? Strictement aucun. Pour autant que ces mesures mesurent effectivement la santé d'un pays, c'est qu'elles mesurent en effet son degré de libéralisme, de liberté individuelle, et non pas de quelconque "démocratie".

Si vous ne pouvez dire ce que vous pensez ni faire ce que vous voulez, alors il devient très important de savoir qui sera au pouvoir, élu ou non élu. Mais si vous êtes libre de toute intervention de leur part, qu'importent les rigolos qui se parent de titres qui ne vous concernent pas, élus ou non élus? Un pays où se fait toujours élire le même président à la tête de son parti qui contrôle le pays est tout à fait démocratique. Mais il n'est pas libre. L'Establishment d'un tel pays a une plus étroite mainmise sur la société que celui d'un pays occidental, mainmise dont il use violemment et maladroitement; cela ne veut pas dire que le gouvernement ne résulte pas d'une élection "chez eux", ou que l'Establishment ne contrôle pas fermement le pouvoir "chez nous". En fin de compte, ce qui compte n'est pas tant de savoir par quel moyen technique une personne au pouvoir y est arrivée, mais de savoir si cette personne possède le pouvoir de vous imposer ce que vous ne voulez pas; le problème n'est pas le mode de détermination des détenteurs du pouvoir, le problème est le pouvoir politique lui-même. Alors qu'apporte de magique la démocratie? Et d'ailleurs, qu'est-ce donc que la démocratie?

Car la confusion règne sur ce qu'est la démocratie. La Démocratie, c'est le Bien par définition, par axiome. Être opposé à la Démocratie, c'est le Mal par le même axiome. Quiconque voudrait jeter un regard critique sur cet axiome est ipso facto un idéologue dogmatique, qui se rapproche forcément des idéologies nauséabondes que tous condamnent. (Notons que quand des opinions ne relèvent pas de l'orthodoxie officielle, elles constituent une idéologie; quant à l'orthodoxie officielle, elle n'a rien d'une idéologie, car elle simplement la vérité évidente que toutes les personnes saines reconnaissent comme telle.) Et comme nul ne jette de regard critique, ce qu'est précisément la Démocratie n'est pas clair: axiomes autoritaires et phrases toutes faites se conjuguent mal avec la compréhension de ce que peuvent bien vouloir dire les mots familiers que l'on ânonne sans cesse dans le bon ordre, et qui n'ont par là de "sens" que comme mantra répétée pour éloigner le mal. La Démocratie est un Bien, convenons-en, mais de quel Bien s'agit-il donc?

S'agit-il d'un principe électoral? S'il y a des urnes qui sont proprement employées, selon l'une des centaines de variantes répertoriées, alors il s'agirait d'une démocratie... et s'il en sort que Robespierre, Napoléon, Hitler, Allende, le FIS, Putin, Mugabe ou tout autre personnage infâme est élu, ce serait forcément que quelqu'un a truqué l'élection, qui a été volée, ou manipulé la campagne, qui a été faussée — car le peuple est infaillible et la démocratie marche par définition; seule une infâme machination peut donner lieu à un résultat mauvais au sortir des urnes.

La démocratie est-elle un principe partisan? Si les hommes au pouvoir chantent les louanges de la démocratie, alors il s'agirait d'une démocratie. Si au contraire ils manquent à se réclamer de l'idéologie démocratique, ils ne sont pas d'authentiques démocrates. Quand bien même une majorité voterait pour eux, ce serait le résultat d'une manipulation, d'une "fausse conscience". Les authentiques démocrates cherchent à satisfaire le Peuple, leur opposition n'est faite que de populistes qui en appelent aux bas instincts du vulgum pecus. Si le peuple vote mal et que les authentiques démocrates ne sont pas élus, c'est donc par définition qu'il n'y a pas assez de démocratie. Vive le parti qui se dit démocrate, quel que soit le résultat des élections, et même qu'il y ait ou non des élections digne de ce nom, la mainmise du Parti sur les élections palliant à l'insuffisance sinon de démocratie parmi la population.

La démocratie est-elle un principe transcendental? Par un Mystère quasi-divin, l'issue des urnes se transsubtantie en Volonté du Peuple. Il ne s'agit plus de la simple expression par une toute relative majorité d'électeurs d'une mince préférence parmi un nombre limité de choix qu'on leur a présentés; il s'agit de Volonté du Peuple, d'un mandat qui fait de l'élu le représentant de tous les habitants de son pays ou sa circonscription, même ceux qui s'estiment trahi par ses décisions, même ceux qui ont seulement voté pour lui par défaut, même ceux qui ont voté contre lui, même ceux qui n'ont pas voté, même ceux qui n'ont pas le droit de vote, même ceux qui sont arrivés après l'élection, même ceux qui ne sont pas "citoyens". Par ce mandat, il possède une procuration de la part de toutes ces personnes, et peut prendre en leur nom des décisions qui les concerneront tous, ainsi que leurs descendants et successeurs pour l'éternité à venir. Le résultat est bon et juste et nul parmi eux n'a rien à redire puisque c'est "eux" qui l'ont élu. Si la démocratie a de mauvais résultat, c'est que "le peuple" est mauvais et l'a bien mérité.

On pourra combiner ces principes: le peuple n'est jamais si bien servi que par le Parti du Peuple, qui s'il perd parfois contre le parti des démagogues populistes, exprime néanmoins la véritable Volonté du Peuple, qu'il sait lire à travers les opinions électorales issues des manipulations de l'Anti-Peuple. C'est ainsi que la Démocratie justifie le pouvoir arbitraire de la bureaucratie inamovible non élue du Service Public, pouvoir illimité puisqu'il traduit la Volonté du Peuple, transmise par les politiciens élus, malgré ceux du mauvais parti, en une seconde Transsubstantiation Mystérieuse. Les authentiques démocrates sont donc les experts à la main sur le coeur qui guident le peuple contre les vélléités de l'issue des urnes.

Bref, quoi que vous direz, en fin de compte, la Démocratie, c'est Bien, toutes les choses Bien naissent de la démocratie, tous les démocrates ont un bon fond, et tous les gens bien sont démocrates. Les ennemis de la démocratie sont tous des Méchants, et tous les Méchants (notamment les électeurs d'en face) sont en fait des Ennemis de la Démocratie (la vraie); on ne devrait pas laisser se présenter de tels candidats ni laisser répéter leurs slogans anti-démocratiques, il devrait y avoir des limites au Mal. Après tout, la démocratie c'est le "gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple", quoi que cela peuve bien vouloir dire, et le peuple c'est bien. Se dire contre la démocratie, c'est se dire contre le peuple; c'est donc identique à en appeler au massacre du peuple en un vaste génocide.

Le mot "Démocratie" n'est bien sûr pas le seul à régner incontestable et incontesté parmi les étiquettes axiomatiques du Bien, après avoir détrôné le mot "Dieu" et la Religion. Ainsi par exemple le mot "République" est aussi sacré. Le livre "La République" de Platon peut et doit donc être vénérée au seul titre que son titre (tel que traditionnellement traduit en français moderne) est ce mot sacré; peu importe le contenu totalitaire, sexiste, raciste ou esclavagiste du rigide système de caste proposé; si le nom est bon, tout est bon. "Citoyen" se place bien haut aussi. Vous n'aurez aucun mal à trouvez les mots clefs dénotant axiomatiquement le Bien et ceux affublant axiomatiquement le Mal.

C'est pourquoi, en conclusion, je me garde de critiquer le moins du monde la Démocratie. La Démocratie, c'est Bien. Par définition. Prétendre le contraire implique de parler une langue aussi étrangère au français contemporain que de blasphémer contre l'Église aurait été étranger au français d'il n'y a pas si longtemps. Non. Je veux parler français. Je ne me battrai pas sur les mots. J'accepte les mots. Maintenant je me bats sur leur sens. Donc, bien sûr la Démocratie, c'est Bien. La République, c'est Bien. La dérive anti-démocratique, c'est Mal. L'action Citoyenne, c'est Bien. Et justement, je trouve que tout ce processus électoral n'a rien de démocratique, voyez-vous; le monde serait plus démocratique, le peuple aurait plus de pouvoir, si chaque citoyen pouvait influencer directement les décisions de la société à hauteur de ses propres contributions sans passer par l'intermédiaire d'un monopole fait d'hommes politiques et de bureaucrates. Ce que je combats dans le régime actuel, ce n'est évidemment pas la Démocratie, qui est Bien, mais une trompeuse apparence de démocratie; ce n'est forcément pas la République, qui est au-dessus de tout, mais ce qui n'a de république que le nom. Et c'est pourquoi je ne propose surtout pas de combattre la démocratie, mais je propose au contraire de la renouveler et de la rendre plus citoyenne. Vive la démocratie, la vraie, la démocratie avec un petit d!

Note: une version de cet article a été reprise par Contrepoints.

Comments

eyes black and white

October 2017

S M T W T F S
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Tags

Powered by LiveJournal.com