?

Log in

No account? Create an account
eyes black and white

Universality not "equality" / Universalité et non pas "égalité"

(Adapted to English in December 2016.)

The very notion of "equal rights" is a blatant fraud. Every individual is different, every case to be judged is different, the parties of a dispute are different, etc. Law exists precisely because the parties in a conflict are never interchangeable and verdicts are therefore never indifferent.

Inequality in fact is painfully obvious; any theory that starts by denying such a reality is patently absurd. The requirement that everyone should accept as indisputable premise such an obviously false principle is a sure symptom of superstition. And that superstition is unfailingly the tool through which a cast of oppressors disarms its victims: having abdicated their rationality, incapable of escaping false categories imposed upon them by established propaganda, victims cannot distinguish the nature and the means of oppression anymore. However, feeling the burden of this oppression that they cannot grasp, they flock, some into the arms of the oppressors who claim to be protectors, some into the arms of the oppressors who claim to be rebels, always into the arms of established oppressors who laugh quite bipartisanly at the oppressed who support either side.

The expression "equality in rights" and its variants have never served but as a con to impose upon everyone the tyranny of the worst demagogues. Their absurd pseudo-concepts can mean anything and its contrary. To extract any recommendation from such mumbo-jumbo therefore requires interpretation. And that's how the talking class, establishing itself as the great priesthood of this Democratic Mystery, maintain their power. Anointed intellectuals, through pseudo-reasoning and pseudo-statistics based on their false principles, can justify anything and everything, and above all, will justify whatever the established Powers have done, are doing and will do, as long as those Powers reinforce the class of anointed intellectuals. Those who are not anointed are not entitled to be heard, and the few anointed intellectuals who would start to speak against the established Powers of politics, bureaucracy, media and education, would very soon be censored, rejected, discredited, attacked, marginalized, un-anointed.

Some of these professional weavers of nonsense, like John Rawls, make their absurdist egalitarian principle into a justification of a cult of making decisions based on ignorance of known information and on pretense of knowledge of unknowable information — where this ignorance and this pretense of knowledge are of course completely guided by the anointed intellectuals who will tell you which information to take into account and which to ignore, and on which topics to believe which experts, whose explanations you cannot comprehend. Why base your propaganda on brazen lies on which you will easily be found wrong with certain proofs, when instead you could reign by hyping whichever fragments of truth go your way, and cast a veil of ignorance and of silence on all those truths that go against you? Why call yourself an enemy of reason, when you can drape your authority in the mantle of science to justify your arbitrary decisions in the name of necessity, crushing the public under the repetition of your conclusions, the confusion about the concepts that could challenge your power, the loss of meaning of the words that could name those concepts, and an incomprehensible barrage of hermetic jargon for whoever dares to ask for an explanation?

Shame on freedom lovers who are stupid enough to let themselves intoxicated with this liberticidal socialist slogan, and then repeat it — even though, like Herbert Spencer, they may otherwise have earned our gratitude for their contribution to the cause of liberty.

Of course, at the root of any successful deception, there is the corruption of a shared truth, the meaning of which is subverted by imposing a false interpretation of it. What is the truth hidden behind the fraud of "equality in rights"?

The concept that matters is of course wholly unrelated to any kind of equality of individuals before or after the law or anything at all; for there is never any individual equal to any other individual. In law, absolutely nothing ever presumes any equality between anyone, and neither can any such equality ever be created. No, the relevant concept is the universality of law. The same law applies to everyone, whatever their differences and their obvious inequalities. Le same law, equals to itself, not according to subjective and infinitely manipulable criteria, but according to the trivial identity of a principle with itself. It isn't the individuals who would be subjectively equal one to the other. It is the objective law that is equal to itself before these individuals.

Law is universal. It consists in a handful of universal principles. Simple principles, that can be expressed in few words, that can be understood by anyone. A small number of principles, knowable by everyone. Clear principles, that are never subject to the interpretation of any superior caste. Objective principles, qui that are not subject to the arbitrary whims of any leader, any lawmaker, any bureaucrat, any monopolist, and above all, of any claimed holder of a judicial monopoly.

  • The only kind of right is a property right on some contested resource.
  • Every individual fully owns their own body and mind, the fruits of their labor, the results of their exchanges with other people — for good and for ill.
  • Is legitimate any and every consensual transaction between individuals on anything that concerns their respective property.
  • Whoever causes a tort becomes debtor of their unwilling victims (or their right holders) up to the tort their caused.
  • Whoever denies for anybody else the universality of a right reciprocally loses this right with respect to that somebody else (or their right holders).
  • A promise is binding.

There are just a few of this small number of libertarian principles on top of which to found a just society. From such principles, one can deduce many theorems, as below:

  • Thou shalt not commit murder, theft, rape, fraud, under pain of paying the price of blood, damages and interests, etc., to the victims and their right holders.
  • Thou shalt not deny for the future the right of somebody else to live and to enjoy their body and their property, least you justify for that somebody else (or their right holders) to kill thee, enslave thee, rob thee.
  • Is illegitimate any intervention to impose upon others any arrangement that they don't each voluntarily agree to, individually.
  • The leader or judge or lawmaker or bureaucrat who would claim without the prior consent of another individual the discretionary right to decide of life and death of the other individual, or of any other penal sanction ipso facto grants the right for that other individual (or their right holders) the discretionary right to put that leader or judge, etc., to death or to otherwise punish them with the same discretion, as they please.

Whichever the principles of law are or aren't, and whether or not they are recognized, the universality of law implies that a lawsuit of an individual against another cannot be based on ad hoc arguments, nor can it be based on any arbitrary discretion, but only on claims upon resources wherein the property rights of legitimate owners have been scorned. It implies that a police action against a criminal can be founded but on the permanent denial by this criminal of the rights of a victim who mandates that police force, wherein the maniac refuses to cease the activity causing the tort to the victim.

The universality of law is a framework to think about human action in terms of intrinsic rights that owe their existence to no authority, in terms of relationships between individuals and not in terms of relationships of individuals to collectives, in terms of justifications that exclude any arbitrary whim, but only invoke universal principles. It is the very antithesis of arbitrary political power, to which the absurd claim of "equality in rights" or "equal rights" necessary leads, since it is subject to arbitrary interpretation and discretionary application by the mighty.

 

La phrase "égalité en droit" est une imposture. Ceux qui ont un tant soit peu étudié la sémantique formelle s'en rendent aisément compte. Le concept même d'égalité de personnes devant le droit est d'une absurdité patente. Chaque personne est différente, chaque cas à juger est différent, les deux parties d'une dispute sont différentes, etc. Le droit existe précisément parce que les parties ne sont jamais interchangeables et que les décisions de justice ne sont donc jamais indifférentes.

L'inégalité en fait étant une réalité d'une évidence criante, une théorie qui commence par nier une telle réalité est évidemment absurde. L'exigence que tous acceptent comme point de départ indiscutable un principe aussi évidemment faux est le symptôme sûr de la superstition. Et cette superstition est immanquablement l'outil par lequel une caste d'oppresseurs désarme ses victimes: ayant abdiqué leur rationalité, incapables de sortir des fausses catégories que leur impose la propagande établie, les victimes ne peuvent plus discerner la nature et les moyens de l'oppression. Sentant néanmoins le poids de cette oppression qu'ils ne savent pas élucider, ils se jettent qui dans les bras des oppresseurs qui se prétendent protecteurs, qui dans les bras des oppresseurs qui se prétendent rebelles, tous dans les bras d'oppresseurs établis qui se moquent bien bipartisanement de ces opprimés qui se font leurs supporters.

L'expression "égalité en droit" et ses variantes n'ont jamais servi que d'arnaque pour imposer à tous la tyrannie des pires démagogues. Leurs pseudo-concepts absurdes peuvent vouloir dire tout et son contraire. Extraire une recommandation pratique d'un tel fatras de non-sens nécessite donc interprétation. Et c'est ainsi que la classe hâbleuse, s'établissant comme grand'prêtres de ce Mystère démocratique, se maintient au pouvoir. Les intellectuels patentés peuvent à coup de pseudo-raisonnements et pseudo-statistiques basés sur leurs faux principes justifier tout et n'importe quoi, et surtout tout ce que fait, a fait et fera le pouvoir, tant que ce pouvoir renforce la classe des intellectuels patentés. Ceux qui ne sont pas patentés n'ont pas voix au chapitre, et les rares intellectuels patentés qui commenceraient à parler contre ce Pouvoir politique, administratif, médiatique et universitaire, se verront bientôt censurés, mis à l'écart, discrédités, attaqués, marginalisés, dé-patentés.

Certains de ces tisseurs d'absurdité professionnels, tels John Rawls, montent leur principe égalitariste absurdiste comme justification du culte de la décision basée sur l'ignorance d'information connue et sur la prétention de savoir des informations inconnaissables — une ignorance et une prétention de savoir bien sûr complètement guidées par les intellectuels patentés qui vous diront quelle information prendre en compte et quelle information ignorer, et sur quels sujets croire quels experts aux explications pourtant incompréhensibles. Pourquoi baser sa propagande sur des mensonges éhontés sur lesquels on vous prendra aisément en défaut preuve à l'appui, quand à la place vous pouvez régner en faisant mousser les bribes de vérités qui vous arrangent, et jeter un voile d'ignorance et de silence sur toutes celles qui vous dérangent? Pourquoi se dire ennemi de la raison, quand on peut drapper l'autorité des habits de la science pour justifier l'arbitraire au nom du nécessaire, écrasant le public sous la répétition des conclusions, là où règne la confusion et l'incompréhension d'explications en jargon hermétique?

Honte aux libéraux assez stupides pour s'enivrer de ce slogan socialiste liberticide et pour le répéter, quand bien même ils auraient par ailleurs bien contribué à la cause de la liberté, tels Herbert Spencer.

Bien sûr, au départ de toute imposture qui marche, il y a la corruption d'une vérité partagée dont on subvertit le sens en imposant une fausse interprétation. Quelle est la vérité qui se cache derrière l'imposture de "l'égalité en droit"?

Le concept qui compte n'a bien sûr absolument rien à voir avec une soi-disant égalité d'individus devant ou après la loi ou quoi que ce soit, car il n'y a jamais personne d'égale à aucune autre. En droit, absolument rien ne présume jamais la moindre égalité entre quiconque, ni ne peut créer aucune telle égalité. Non, le concept pertinent est l'universalité du droit. Le même droit s'applique à tous et à toutes, quelles que soient leurs différences et inégalités par ailleurs patentes. Le même droit, égal à lui-même, non pas selon des critères subjectifs infiniment trafiquables, mais selon l'identité triviale d'un principe à lui-même. Ce ne sont pas les personnes qui seraient subjectivement égales les unes aux autres devant le droit. C'est le droit objectif qui est égal à lui-même devant les personnes.

Le droit est universel. Il est constituté d'une poignée de principes universels. Des principes simples, exprimables en peu de mots, compréhensibles par tous. Un petit nombre de principes, connaissables de tous. Des principes clairs, qui ne sont sujets à l'interprétation d'aucune caste supérieure. Des principes objectifs, qui ne sont sujets à l'arbitraire d'aucun chef, d'aucun législateur, d'aucun bureaucrate, d'aucun monopoliste, et surtout d'aucun prétendu détenteur d'un monopole juridique.

  • Il n'est de droit que droit de propriété individuel sur une ressource contestée.
  • Chacun possède en propre sa personne, et les fruits de son labeur, et le résultat de ses échanges avec autrui — en bien comme en mal.
  • Est légitime toute transaction consensuelle entre personnes sur ce qui concerne leurs propriétés respectives.
  • Celui qui cause un tort devient débiteur de ses victimes involontaires (ou leurs ayant droits) à hauteur du tort causé.
  • Celui qui nie pour autrui l'universalité d'un droit perd réciproquement ce droit vis-à-vis de cet autrui (ou ses ayant droits).
  • Chose promise, chose due.

Voilà quelques uns parmi ce petit nombre de principes libéraux sur lesquels fonder une société juste. À partir de tels principes, on peut en déduire de nombreux théorèmes, comme ceux-ci:

  • Tu ne commettras pas de meurtre, de vol, de viol, ni de dol, sous peine payer le prix du sang, dommages et intérêts, etc., aux victimes et leurs ayant-droits.
  • Tu ne nieras pas pour le futur le droit d'autrui de vivre et jouir de son corps et de sa propriété, sous peine de justifier que cet autrui (ou ses ayants droits) te tue, t'asservisse, te dépouille.
  • Est illégitime toute intervention pour imposer à d'autres parties un arrangement qui ne conviendrait pas à chacune d'entre elles individuellement.
  • Le chef ou juge ou législateur ou bureaucrate qui se reconnaîtrait sans l'accord préalable d'autrui le droit discrétionnaire de décider de la vie et de la mort de cet autrui ou d'aucune autre telle sanction pénale reconnaît ipso facto à chacun de cet autrui individuellement le droit discrétionnaire de le mettre à mort (ou faire mettre à mort) ou autrement de le punir avec la même discrétion si cela lui chante.

Quels que soient les principes reconnus ou non reconnus, l'universalité du droit implique qu'une action en justice d'une personne contre une autre ne peut pas se baser sur des arguments ad hoc ni sur l'arbitraire de quiconque, mais seulement à partir de revendications de ressources dont les propriétaires légitimes auraient vu leurs droits bafoués. Elle implique qu'une action de police contre un criminel ne peut se fonder que sur la négation permanente par ce criminel du droit d'un autrui mandatant cette police, le forcené refusant de cesser l'activité causant tort à cet autrui.

L'universalité du droit est un cadre pour penser l'action humaine en termes de droits intrinsèques qui ne doivent leur existence à aucune autorité, en termes de relations entre individus et non pas de relations d'individus à une collectivité, en termes de justifications qui excluent tout arbitraire mais invoquent des principes universels. C'est l'antithèse même de l'arbitraire du pouvoir politique à laquelle mène la revendication absurde "d'égalité en droits" ou "d'égalité des droits", sujette à interprétation arbitraire et à application discrétionnaire par les puissants.

Comments

eyes black and white

October 2017

S M T W T F S
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Tags

Powered by LiveJournal.com